Beaucoup de balcon-jardiniers aiment la diversité et ils ont bien raison. Qui recherche un peu plus de nature et de naturel fait bien d’éviter la monoculture. Elle n’est pas seulement passée de mode, elle est aussi peu écologique. La diversité est aussi l’un des principes du jardinage bio. Mais voilà : sur un espace aussi réduit qu’un balcon ou une terrasse, il va falloir associer les plantes. Elles vont devoir se partager les mêmes contenants, ou pousser à proximité de leurs voisines. Quel est donc le secret d’associations réussies ? C’est ce que nous allons voir par la suite.

Pourquoi associer les cultures ?

Je l’ai déjà évoqué brièvement, la culture mixte n’a pas que des avantages esthétiques, bien que cela ne soit pas négligeable non plus. Allez vous promener dans la nature et observez les plantes autour de vous. Dans tous les milieux un tant soit peu préservés, vous ne trouverez pas de monocultures. Vous verrez des plantes diverses et variées cohabitant pour le bénéfice de toutes. Ce n’est bien sûr pas un hasard.

En effet, les avantages des cultures mixtes sont nombreux :

  • Une plus grande diversité de la flore signifie plus de diversité de la faune et plus d’insectes. La diversité des organismes présents dans le sol augmente elle-aussi, ce qui est garant d’un sol riche et vivant.
  • Les nuisibles et maladies souvent spécialisés ne peuvent pas si facilement prendre le dessus et ravager toutes vos plantes d’un seul coup.
  • Enfin, cultiver plusieurs espèces complémentaires dans les mêmes contenants vous permettra de gagner de la place et de faire des économies d’eau et d’engrais. En choisissant judicieusement vos plantes, vous protégerez la surface de vos pots et le sol se dessèchera moins.

Comment associer les plantes ? Les critères de choix

Des besoins similaires ou complémentaires

Si vous souhaitez associer vos plantes dans un même contenant, toujours de bonne taille, choisissez des plantes ayant des besoins en matière d’eau et de sols similaires. Par exemple, il sera difficile de combiner des aromates aimant la sécheresse comme le thym et le romarin avec la ciboulette et la mélisse qui aiment les sols frais.

Si vous choisissez de planter chaque plante dans son pot mais en voisinage, il suffira de prendre garde à leurs besoins climatiques et en luminosité. Les plantes d’ombre et les adeptes du soleil se développeront mal les unes à côté des autres.

Les familles de plantes

Pour éviter le développement de nuisibles et maladies spécialisés et l’épuisement unilatéral du sol, on ne plante pas à proximité et surtout pas dans le même contenant, des plantes de la même famille. Les tomates, les poivrons, aubergines et pommes de terre appartiennent par exemple à la même famille, celle des Solanacées. Autre exemple, les carottes, le persil et l’aneth qui appartiennent à la famille des Apiacées. Vous trouverez facilement sur Internet à quelle famille appartient la plante de votre choix. Voici ici une liste des principaux légumes. En général, les plantes de la même famille et surtout leurs fleurs se ressemblent. A vous de mettre en pratique vos talents d’observation !

Attention : il existe à mon avis une exception à cette règle. Beaucoup d’aromates appartiennent à la famille des Lamiacées et prospèrent très bien ensemble (s’ils ont des besoins similaires, voir plus haut).

Les associations bénéfiques

Qui souhaite cultiver un potager sur son balcon-jardin entendra bientôt parler des associations de plantes au potager ainsi que des incompatibilités. Il existe des tableaux comme celui-ci qui vous aideront à vous orienter et à faire les bons choix. Même s’il ne faut pas en être l’esclave et s’ils se contredisent parfois, ils rassemblent l’expérience de nombreux jardiniers et sont très utiles.

En plus de cela, pensez à combiner des plantes poussant en hauteur qui feront de l’ombre à des plantes basses comme des légumes-feuilles sensibles à une trop forte exposition. Ceci vous permettra également de bien occuper l’espace.

Certaines plantes, les aromates en particulier, ont aussi le don de tenir éloignés les nuisibles. Et d’autres ont un effet bénéfique sur la qualité du sol (les haricots, les petits pois, les soucis…) ou attirent les abeilles comme des aimants (aromates, bourraches, …)

La complémentarité des besoins

Chaque plante a besoin d’espace pour se développer, et dans un pot, l’espace est limité. Il est cependant possible de faire pousser plusieurs espèces dans un même contenant si l’on prend garde de choisir des plantes complémentaires. J’ai déjà évoqué plus haut le “partage de la luminosité”. Certaines plantes feront de l’ombre aux autres ce qui peut tout-à-fait être l’effet recherché.

Vous pouvez également associer des plantes “gourmandes” comme les tomates et les poivrons avec des aromates (classique : le basilic) en général plus sobres. Enfin, l’association de plantes aux racines profondes (poivron, betterave, carotte mais aussi les roses et les bleuets) à des plantes aux racines superficielles (tomates, radis, salades et lavande) permet d’utiliser l’espace dans un pot de façon optimale.

Les critères esthétiques

Si vous cultivez un balcon-jardin ornemental, ce sera un élément important. Mais au potager, le plaisir des yeux n’est pas à négliger non plus. Quelques règles de base vous aideront à créer de jolies potées. Pour commencer, choisissez une plante principale autour de laquelle vous planterez quelques plantes secondaires. L’effet sera plus harmonieux si vous choisissez un nombre impair. Limitez-vous à quelques espèces, selon la taille de votre contenant.

Pour que chacune puisse être mise en valeur, placez les plus hautes en arrière-plan et les plus basses vers l’avant avec quelques petites touches d’exception pour rendre le tout un peu plus dynamique.

En ce qui concerne les couleurs, tous les goûts sont dans la nature mais si vous le désirez, vous pouvez choisir un concept couleur et essayer de vous y tenir. On distingue ici le ton sur ton (une couleur déclinée sur plusieurs variations), les concepts basés sur les couleurs complémentaires (le jaune et le violet par exemple) ou analogues (les couleurs voisines sur le cercle chromatique).

Si vous vous penchez sur la question de l’association des plantes, vous constaterez que le sujet est fort vaste et que beaucoup d’informations, parfois contradictoires, circulent à ce sujet. Avec les principes exposés ci-dessus vous partez cependant sur de bonnes bases. N’hésitez-pas à faire vos propres expériences et à les noter pour garder trace de ce qui marche ou pas sur VOTRE balcon-jardin. N’hésitez-pas non plus à partager vos observations dans les commentaires ci-dessous. Nous sommes curieux de connaitre vos avis.

Partager:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gr​​​​​atuitement le guide "Je jardine sur mon balcon"