Suspense, suspense.

Malgré toutes les précautions d’usage et une voisine pleine de bonne volonté, un retour de vacances amène toujours quelques surprises sur un balcon-jardin. Certaines bonnes. D’autres moins. Et pourtant, cette fois, quelque chose était différent.

Comme d’habitude, la canicule et des arrosages moins bien dosés (parfois trop, parfois pas assez copieux) avaient mis quelques plantes à mal. D’autres au contraire semblaient ne pas avoir remarqué mon absence du tout. Mais cette fois, c’est avec un calme inhabituel que j’ai observé ces changements.

Et si j’avais trouvé l’esprit jardin ?

Je m’explique.

Je viens de passer deux semaines en Toscane. Là-bas, après des semaines sans précipitations, la nature et les jardins souffraient visiblement de la sécheresse. Même les plantes et les arbres pourtant adaptées au climat local commençaient à tirer la langue. Et puis, d’un seul coup, un orage a apporté la pluie si longtemps attendue. Et là, d’un seul coup, hop, comme par enchantement, l’herbe a reverdi, les feuilles se sont défroissées et les buissons ont gagné quelques centimètres en une nuit.

Quel rapport avec mon balcon-jardin urbain ? Eh bien, il y a encore quelques années, la vision de plantes desséchées sur mon balcon m’aurait attristée. Je me serais sentie coupable de ne pas avoir pu leur épargner cette fin indigne. J’aurais douté de mes capacités à les entretenir. Et si finalement, je n’avais pas les doigts verts

Aujourd’hui pourtant, j’ai une autre vision de mon balcon. Un jardin n’est pas un tableau figé, les plantes ne sont pas des meubles et la nature fait ce qu’elle veut. Alors pourquoi serait-ce différent sur un balcon en ville ?

Pour faire un jardin urbain sur un balcon, il ne suffit pas de quelques jardinières fleuries le temps d’une saison. Ou de quelques plantes que je mettrais à la poubelle avant de baisser le rideau jusqu’au printemps prochain.

Non, l’esprit jardin, c’est bien plus que ça. Alors, transformer un balcon en un jardin urbain, ça te dit ? Tout commence par cette formule. Et la bonne nouvelle dans tout ça ? Un « vrai jardin » n’est même pas nécessaire.

Créer l’esprit jardin sur son balcon urbain : la formule

Une bonne dose de nature

La plupart d’entre vous seront d’accord avec moi sur ce point. Ce que nous associons le plus souvent avec l’idée de jardin, ce sont les plantes et la nature. Pour faire un jardin il faut du vert, des fleurs et pour certains peut-être un arbre.

Pour les deux premiers points, c’est assez simple, même sur un balcon. Le troisième se complique un peu évidemment, pourtant un arbre nain ou une plante grimpante peuvent nous donner eux-aussi la sensation « cocon » d’un arbre.

Evidemment, il ne s’agit pas de n’importe quelle nature. Depuis toujours, nous les humains avons un faible pour les environnements diversifiés certes, mais pas trop complexes quand même. Un paysage variés nous promet des récoltes riches et variées et un bon territoire de chasse. Mais il ne fallait pas tomber nez à nez avec un tigre au détour d’un chemin non plus… Nous avons besoin de structure pour « lire » notre environnement.

Donc l’esprit jardin, c’est d’abord ça. Un espace où nous apprivoisons la nature. Une nature, douce et contrôlée, que nous modelons selon nos besoins.

Pas mal de diversité

Certes, les jardins zens et minéraux ont eu le vent en poupe ces dernières années. Mais entre nous, j’ai du mal à nommer cela un jardin. De même, ça ne me viendrait pas à l’idée de nommer « jardin » un champ en monoculture…

Donc, quelques fleurs ou graminées plantées par ci par là ne suffisent pas à faire un jardin urbain sur un balcon. On est d’accord.

Qui dit jardin, dit diversité. On pense aux couleurs des fleurs bien sûr mais aussi aux différents tons de vert. Il y a aussi des fleurs et des feuilles aux formes et aux textures variées. Des fruits qui nous invitent à croquer, des parfums qui nous apaisent ou nous rappellent de bons souvenirs…

On n’oublie pas non plus les matériaux utilisés pour le sol, les meubles, les bacs… Un jardin c’est pour certains le chatouillement du gazon sous les pieds ou une terrasse en bois chauffée au soleil. Pour le gazon, on repassera, mais le choix d’un matériau que tu aimes pour le sol est essentiel à une sensation de bien-être. Il en est de même pour les meubles. L’espace étant limité sur un balcon, choisir des meubles de bonne qualité ne représente pas forcément un investissement important. Et en m’inspirant librement de Marie Kondo, mieux vaut avoir moins d’objets pour mieux « chérir » ce qui nous apportent vraiment du bonheur.

En bonus : la diversité, ce n’est pas seulement bon pour la faune et la flore environnantes. Elle active nos sens un peu sous-occupés par des journées passées devant nos écrans. Cette stimulation « douce » nous permet de nous ressourcer et de retrouver un peu de calme après de longues journées trépidantes.

Une pointe de lâcher-prise

Déjà remarqué ?

Un jardin n’est pas un espace cliniquement propre. Dans un jardin, il y a de la poussière, de la terre, des feuilles mortes… Mais aussi des insectes et des araignées…

Oui, bon, j’en vois déjà frissonner certains. D’accord, moi non plus je ne les aime pas les moustiques qui nous sautent dessus dès que nous avons le dos tourné. Mais entre nous, quand on comprend un peu mieux quel rôle joue les insectes dans nos écosystèmes, on le prend un peu moins mal.

Alors non, je ne prône pas de laisser votre balcon en désordre. Trop de fouillis autour de nous, c’est encore plus de charge mentale. Se débarrasser des choses inutiles et désencombrer, j’adhère.

Mais cela ne veut pas dire que tu dois passer l’aspirateur tous les jours sur ton balcon et couper tout ce qui jaunit un peu. Si la taille de ton balcon le permet, laisse un petit coin de désordre apparent un peu à l’écart, une étagère, quelques pots empilés avec des restes de terres, des feuilles mortes et toiles d’araignées, une jardinière un peu folle avec les plantes fanées de la saison précédente… Tout jardin a besoin d’une zone « sauvage », transition entre la civilisation rassurante et la nature, la vraie, là dehors.

Une prise d’inachèvement

Un jardin n’est jamais terminé. Même si tu as déjà vu des photos de jardin apparemment parfaits. Ces photos sont inspirantes, certes. Mais elles sont aussi trompeuses.

Une photo de jardin, c’est toujours une prise instantanée. Le même jardin pris en photo quelques semaines avant ou après peut être complétement différent. Evidemment, c’est tout l’art des créateurs de jardin de créer des jardins beaux toute l’année.

En tout cas, en choisissant les bonnes plantes et en pensant son balcon-jardin urbain pour plusieurs saisons, il est possible de prolonger le plaisir au-delà des quelques mois d’été.

La nature n’est jamais prévisible à 100%. Une plante un peu faiblarde, qui n’a pas supporté d’être rempotée. Un coup de chaleur. Un oubli d’arrosage au mauvais moment. Une chenille un peu trop gourmande. Et voilà vos efforts réduits à néant.

Mais cela peut être aussi une seconde floraison inattendue. Une graine qui germe après quelques mois (ou années) de dormance. Un citronnier, un poivron ou une tomate faisant leur apparition sans qu’on ne leur ait rien demandé. Une fleur sauvage qui s’est installée dans une jardinière.

Chaque nouvelle saison de jardinage est l’occasion de prendre un nouveau départ. Changer ce qui n’a pas fonctionné, améliorer les arrangements de formes et de couleurs, combler les périodes de vide… Il suffit souvent d’observer. Dis-toi que les jardins de rêve n’ont pas été créés en une saison. Avec beaucoup de chances, il leur aura fallu plusieurs années pour se développer comme tu le vois sur la photo. Très probablement, quelques plantes auront été changées ou déplacées par ci par là.

Car c’est ça aussi l’esprit jardin. Le changement permanent au fil des saisons mais aussi au fil des années. Les passionnés interviendront plus souvent dans leur balcon-jardin pour recréer dans la réalité l’image qu’ils ont en tête. D’autres, moins « autoritaires », cultiveront un peu plus de laisser-faire dans leurs bacs et jardinières et se réjouiront des surprises que leur apportera la nature.

La cerise sur le gâteau : trouve ton style

Chacun de nous à une vision différente de son jardin idéal. C’est cette image dont tu pourras t’inspirer pour créer sur ton balcon-jardin un univers unique. S’agit-il d’une plante particulière qui a bercé ton enfance ? Ou d’un meuble, un matériau qui évoque en toi de bons souvenirs.

Au-delà des modes et les tendances, l’habitat et l’environnement physiques où nous avons passé notre enfance, influencent grandement nos goûts et nos préférences actuelles.

Pour retrouver les sensations liées à ton jardin idéal, tu peux te remémorer cet endroit où tu t’es senti(e) bien tout en observant les matières, couleurs, odeurs, etc… En intégrant ces éléments dans l’aménagement de ton balcon urbain, tu pourras faire renaitre ces sensations. Même dans un petit espace.

Plus simplement, tu peux également faire une liste des choses que tu aimes et que tu n’aimes pas. Pense à y intégrer des éléments non visuels comme des odeurs ou des sensations au toucher.

Un moodboard créé en rassemblant des photos sur Internet est également un outil très utile pour clarifier ses préférences.

Ces approches intuitives te permettront de définir ce qui fait vraiment pour toi l’esprit jardin. Créer un jardin urbain sur son balcon, c’est bien. Mais retrouver l’esprit du jardin où tu te sens bien, c’est encore mieux.

Et toi, qu’est ce qui fait l’esprit-jardin pour toi ? Qu’aimerais-tu retrouver sur ton balcon pour te sentir bien ? As-tu déjà trouvé ton style ? Dis-moi tout dans les commentaires, je suis curieuse de te lire.

Partager cette page :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cookie Consent Banner by Real Cookie Banner