Pourquoi l’ai-je choisie ?

Qui ne connaît pas la pâquerette ? La pâquerette, ce sont des souvenirs d’enfance, des petits bouquets pour maman, les promenades à la campagne… Quand elle nous montre enfin ses petits pétales blancs et son cœur jaune : c’est clair, c’est le printemps. D’ailleurs on l’appelle aussi “fleur de Pâques”, n’est-ce-pas mignon ?

C’est donc avec un peu de nostalgie au cœur que je me suis rendue à la jardinerie avec la ferme intention de revenir avec quelques pâquerettes. Mais voilà, le “progrès” n’a pas fait halte devant la pâquerette de notre enfance, et l’horticulteur ingénieux l’a transformée en une petite fleur toute coquette qu’on trouve désormais dans des coloris allant du blanc au rose foncé. Mais la pâquerette moderne peut-elle rivaliser avec celle de nos souvenirs ? C’est ce que nous allons voir par la suite.

Portrait

Famille et origine

La pâquerette moderne, ou “Bellis perennis” ce qui signifie quelque chose comme “beauté éternelle”, rien que ça, est bel et bien la descendante de la bonne vieille pâquerette des prés. Toutes deux sont en effet de la même espèce. Cependant, le premier coup d’œil nous le révèle, la pâquerette trouvée en jardinerie est un hybride ou cultivar. D’ailleurs, on la trouve souvent sous le nom de “bellis” car son apparence n’a souvent plus rien à voir avec celle de son aïeule.

Elle appartient à la famille des Astéracées ou Composées (les deux noms étant équivalents) à laquelle appartiennent également des fleurs comme les marguerites, les asters mais aussi le pissenlit et la laitue pour n’en citer que quelques-unes. Une des propriétés remarquables dans cette famille est que ce que l’on prend en général pour une fleur est en fait “composé” de nombreuses fleurs minuscules regroupées en capitule. Demandez à un enfant de dessiner une fleur, dans la plupart des cas, vous obtiendrez un capitule :-)… Ce n’est d’ailleurs pas étonnant, avec plus de 20.000 espèces, on croise les Astéracées partout.

La pâquerette classique est la seule de son espèce à s’être développée en Europe en dehors des zones méditerranéennes. C’est en effet la seule qui supporte les températures hivernales. De là, introduite par l’homme, elle a pris l’assaut de tous les prés du monde.

Besoins nutritifs et climatiques

La bellis a gardé en commun avec son ancêtre champêtre une grande modestie en ce qui concerne les besoins nutritifs et les particularités du sol. Elle pousse sur tous les sols avec une légère préférence pour les sols argileux. En la mettant dans un terreau horticole au début de la saison, elle n’aura plus besoin de rien. Si vous utilisez un terreau universel, ajoutez un peu de compost à la plantation ou un engrais biologique liquide toutes les 2 semaines.

La pâquerette pousse aussi bien au soleil qu’à la mi-ombre. Ici une règle simple : plus elle recevra de soleil, et plus elle fera de fleurs. Ce qui la distingue cependant de sa cousine sauvage est qu’elle n’est ni vivace ni rustique. Comme beaucoup de plantes cultivées pour leur floraison (voir aussi cet article sur la pensée), elles s’épuisent rapidement et deviennent nettement moins florifères avec le temps. Pour cette raison, elle n’est plus qu’une annuelle ou bisannuelle tout au plus. De plus, les plantes sont en général cultivées sous serre avant d’être offertes sur les étals en jardinerie. De ce fait, il faut les protéger des gelées tardives et les habituer lentement à la fraicheur extérieure. Un peu une pâquerette des villes pour ainsi dire… 😉

Entretien

Pour maintenir notre bellis en bonne santé et l’inviter à faire plus de fleurs, seulement 2 choses sont à respecter. La première est qu’elle aime certes le soleil mais aussi la fraîcheur. Elle a donc besoin d’arrosages réguliers et il ne faut pas la laisser se dessécher. D’ailleurs, c’est simple, elle penche la tête quand elle a besoin d’eau (inutile cependant d’attendre jusque-là). La seconde chose à faire est d’enlever régulièrement les fleurs fanées pour éviter que la plante n’investisse son énergie dans la formation de graines.

Comment obtenir des pâquerettes

Le plus simple est de les acheter en pot dès le début du printemps. Il est cependant également possible de les semer l’année précédente (en été) pour avoir des fleurs au printemps. Il faudra toutefois les protéger en hiver (avec des branches de sapin par exemple) car elles sont frileuses.

Parasites et maladies

La bellis aime certes les sols frais et humides mais il ne faut pas exagérer. Le risque est sinon la propagation de maladies dues à l’humidité comme la pourriture grise, l’oïdium, le mildiou ou tout simplement la pourriture des racines. Pour cela, assurez-vous que le sol est bien drainé et ne plantez pas trop serré.

De plus, les pucerons et les mineuses peuvent également attaquer notre pâquerette. A surveiller régulièrement donc !

La pâquerette sur le balcon

Oui, la pâquerette donnera immédiatement un petit air de printemps à votre balcon. Oui, une fois installée, elle ne demandera que très peu de soins et de travail. Elle se contentera d’arrosages réguliers (ce qui au printemps n’est pas trop contraignant) et d’un petit nettoyage (des fleurs fanées) de temps en temps. Placée en potées avec d’autres copines printanières comme le myosotis, la jonquille, la tulipe, la pensée à corne ou même en groupe, elle sera absolument ravissante.

Oui mais voilà, ce qu’il faut savoir, c’est que la pâquerette moderne est devenue une plante « jetable » (comme beaucoup d’autres choses d’ailleurs…) qui devra être remplacée après quelques mois passés sur le balcon. Ses fleurs blanches ou roses (du rose tendre au rose soutenu) parfois en forme de pompons tout mignons égayeront votre balcon du mois de mars au mois de mai environ. Bien sûr, elle n’est pas la seule dans ce cas puisqu’elle partage simplement le sort de toutes les fleurs saisonnières.

Ce n’est donc pas là à mon avis son plus grand inconvénient. Le problème de la bellis est qu’elle est souvent tout à fait inutile pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. La plupart des cultivars que l’on trouve sur le marché sont en effet des variétés à fleurs dites doubles voire “pleines”. Il s’agit donc de fleurs stériles, n’ayant plus de pollens à offrir aux insectes.

Recommandation : sous conditions

Vous voulez une petite fleur printanière pour venir égayer votre balcon dès le début de la saison ? Vous recherchez une fleur facile d’entretien à chouchouter pour quelques semaines ? La pâquerette fera tout-à-fait l’affaire et là aussi, il y en a presque pour tous les goûts.

Si toutefois c’est un peu de charme champêtre et naturel que vous cherchez, la bellis n’est pas pour vous. La plupart des variétés offertes en jardinerie sont des plantes stériles ou presque qui n’ont pas plus à offrir que leur beauté éphémère.

Et vous, que pensez-vous de la pâquerette ? En avez-vous sur votre balcon. N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires ci-dessous.

Partager:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.