Pourquoi l’ai-je choisi ?

Dans ce portrait, je continue la série des plantes aromatiques méditerranéennes commencée avec l’origan et le romarin. En effet, le thym commun lui aussi entre dans la composition des fameuses “herbes de Provence”. Au-delà de ses vertus gustatives et médicinales, il s’adapte très bien au climat chaud et sec que l’on trouve sur de nombreux balcons.

Portrait

Famille et origine

Cela n’étonnera personne, le thym également fait également partie de la famille nombreuse des Lamiacées. Avec plus de 7000 espèces, cette famille comprend de nombreuses plantes aromatiques ou médicinales. Ce n’est donc pas un hasard si nous la rencontrons encore et encore. Mais ce n’est pas tout : le thym, ou il faudrait dire plutôt les “thyms” forment également une famille nombreuse puisqu’il en existe plus de 200 variétés et hybrides.

Dans ce portrait, je me concentrerai sur le thym commun “thymus vulgaris”, mais sachez qu’il en existe avec des arômes différents (citron, orange, cumin…) et des feuillages plus ou moins ornementaux (panaché, doré, argenté…). Si vous souhaitez cultiver une variété particulière, renseignez-vous précisément dans votre jardinerie ou faites des semis.

Comme je l’ai déjà évoqué un peu plus haut, le thym a son origine dans le bassin méditerranéen. En Grèce Antique, on dit que les guerriers prenaient un bain parfumé au thym pour se donner du courage. Une des interprétations de l’origine de son nom est en effet le mot grec “thymos” signifiant courage et force. C’est au Moyen-Age qu’il commença à s’étendre dans d’autres régions où il était déjà apprécié pour ses propriétés antiseptiques et tonifiantes.

Besoins nutritifs et climatiques

Toutes ces Lamiacées méditerranéennes, qu’il s’agisse du thym, du romarin ou de l’origan ont ceci en commun : elles aiment le soleil et la chaleur. De plus, la sécheresse ne leur fait pas peur (en pot il ne faut cependant pas les prendre pour des cactus…). Cela veut dire qu’il faudra chercher pour le thym la place la plus ensoleillée du balcon. L’idéal sera un endroit protégé du vent où il sera exposé au soleil pendant au moins la moitié de la journée.

En dehors de cela, le thym se contente d’une terre légère, pauvre en éléments nutritifs et, devinez quoi, bien drainée… Eh oui, lui aussi déteste l’humidité et vous lui nuirez plus en l’arrosant trop que pas assez (sauf peut-être la première année).

Entretien

Le thym commun n’est pas une plante gourmande et un petit apport de compost au début du printemps suffira à couvrir ses besoins nutritifs pour le reste de l’année. En ce qui concerne l’arrosage, nous l’avons déjà vu, il vaut mieux avoir la main légère. Attendez que la terre ait séché en surface avant d’arroser et surtout enlevez l’eau dans la soucoupe de vos pots.

Comme le thym est un sous-arbrisseau, il a tendance à devenir ligneux avec l’âge. Cela signifie que ses tiges se transforment peu à peu en bois et se dénudent. Pour le rajeunir et conserver une jolie forme, il est donc conseillé de le tailler régulièrement. La taille s’effectue en diverses occasions :

Tout d’abord, et le plus simplement, en récoltant les tiges. Pour cela, on coupe quelques brins en laissant environ 2-3 cm de vert. Au début du printemps, on peut également faire une coupe générale d’1/3. Les tiges pourront être ensuite séchées (cliquez-ici pour en apprendre plus). Enfin, les pointes peuvent être coupées après la floraison.

Et voilà ! Placé au bon endroit dans un substrat qui lui convient, le thym de demandera pas plus d’entretien.

Comment obtenir du thym

Le plus simple est bien sûr d’acheter une jeune plante en godet. Mails il est également possible de le semer (comme je l’ai fait), de le diviser ou de faire des boutures. Les semis se font à partir d’avril tout comme la division. Le bouturage quant à lui s’effectue au début de l’été. A noter : les jeunes plantes ont besoin d’un peu plus d’eau la première année ainsi que d’une protection contre le gel.

La récolte du thym commun

Il est possible de récolter des branches de thym toute l’année, en hiver toutefois avec modération pour ne pas nuire à la plante. Le meilleur moment de la journée pour récolter est la fin de la matinée, quand la rosée a séché et que les aromes sont les plus forts. Par ailleurs, si vous désirez récolter le thym pour le conserver, faites-le pendant la floraison, son goût sera plus intense.

Parasites et maladies

On ne connait que peu d’ennemis au thym et le fait est que je n’ai jamais vu aucune bestiole l’attaquer. On le dit juste sensible aux cicadelles, mais je n’en ai jamais eu. De même, comme pour toutes ses parentes méridionales, trop d’humidité peut favoriser l’apparition de maladies dues à des champignons. Ayez donc la main légère avec l’arrosoir.

Le thym commun sur le balcon

Le thym est très facile à cultiver sur les balcons, pourvu qu’ils soient suffisamment ensoleillés. Il ne prend pas beaucoup de place (il atteint en général au maximum 20-40cm) et demande peu d’entretien. Personnellement, je trouve que la meilleure place pour les plantes aromatiques est le balcon. Comme ça elles sont toujours à la portée de la main et à proximité de la cuisine…

Par ailleurs, le thym lui-aussi fleurit et ses petites fleurs roses, violettes ou blanches feront la grande joie des abeilles. N’oubliez-pas non plus que sa forte teneur en huiles essentielles repousse les nuisibles. Que des choses utiles sur les balcons !

En potée, on peut l’installer avec d’autres aromatiques ayant des besoins similaires : la lavande, le romarin, la sarriette. On dit qu’il n’aime pas la marjolaine… Personnellement, je l’ai planté à côté de l’origan (une proche parente de la marjolaine…) dans une jardinière accrochée à la balustrade de mon balcon. Cela n’a pas l’air de lui déplaire…

Recommandation : absolument (ou presque)

Avec le thym commun, nous avons encore là une plante qui supportera la chaleur et la sécheresse des balcons estivaux. Seuls les balcons orientés au nord ou ombragés ne lui conviendront pas. Il ne nécessite que très peu d’entretien, ne vous en voudra pas si vous oubliez de l’arroser une fois ou deux et vous remerciera pour une petite récolte-taille de temps en temps. Qui aimerais donc renoncer à sa saveur typique qui vous rappellera vos vacances dans le sud…

Avez-vous aimé cet article et l’avez-vous trouvé utile ? Si oui, n’hésitez-pas à le partager. Sinon, faites-moi savoir pourquoi dans les commentaires ci-dessous.

Partager:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    4
    Partages
  • 4
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gr​​​​​atuitement le guide "Je jardine sur mon balcon"