Dans cet article, je désire vous parler d’un sujet qui me touche actuellement, celui des espaces qui fonctionnent. Et plus particulièrement, évidemment car c’est le sujet de ce blog, des espaces-jardins qui fonctionnent. Quand la saison de jardinage touche à sa fin ou bien au début de la nouvelle saison, c’est pour beaucoup le moment de faire le point. On regarde un peu autour de soi. Bref, on réfléchit et on se pose quelques questions sur la façon dont nous occupons, dont nous utilisons notre espace. Si bien sûr je vais me concentrer ici sur ce que j’appelle les espaces-jardins, ces réflexions peuvent être sans-doute appliquées à d’autres espaces. Il peut s’agir d’un appartement, d’une maison, ou même d’une rue, d’un quartier ou d’une ville. En effet, le besoin de construire un espace correspondant à nos besoins et à nos goûts (je ne dis pas « nos envies », j’y reviendrai), oui, de façonner l’espace autour de nous est universel.

Le problème avec les espaces-jardins

Qu’est-ce qu’un espace-jardin ?

Vous vous demandez peut-être encore où je veux en venir. Je vais donc tenter de m’expliquer. Commençons par planter le décor et par définir le terme « espace-jardin ». Ce que j’appelle un espace-jardin est pour moi un espace

  1. Qui n’est pas à proprement parler un jardin au sens classique du terme (au contraire d’un jardin attenant à une maison à la campagne par exemple). Il s’agit bien plus d’un espace extérieur (ou semi-extérieur) transformé en jardin ou utilisé comme un jardin. J’entends donc par-là les balcons, les loggias ou les terrasses par exemple.
  2. Mais il peut également s’agir d’un espace de plein pied en milieu urbain comme une cour ou un patio.

Tous ont en commun une taille assez réduite et sont soumis à des conditions et des contraintes particulières d’ordre climatiques, statiques, légales, architecturales, etc… Souvent, il n’est pas possible d’y cultiver directement le sol. Le recours au jardinage en pot est alors indispensable, ce qui fait appel à des techniques et à un savoir-faire particuliers.

D’autre part, un balcon, une terrasse ou une cour sont pour moi des espaces de transition, des espaces « frontières » entre l’intérieur et l’extérieur. On ne les aménage pas comme une pièce de la maison ou comme un jardin proprement dit. C’est un peu un mélange des deux.

Un autre point commun est sans-doute le désir fort de leurs propriétaires ou usagers de les utiliser de façon optimale. Dans les zones urbaines où justement les « vrais » jardins se font rares, dans les période de confinement, les habitants projettent sur ces espaces des aspirations ou des rêves qui malheureusement se transforment souvent en déception malgré tous leurs efforts. Essayons donc d’analyser le problème de plus près.

Comment j’ai « travaillé » mon espace-jardin

Car, je sais de quoi je parle, je fais moi-même cette expérience sur mon balcon-jardin. Bien sûr, après y avoir investi beaucoup de réflexions mais aussi beaucoup de travail, le résultat n’est pas mal du tout. Ces dernières années, j’ai beaucoup expérimenté. Vous avez peut-être suivi mon défi et vu le résultat ici. J’ai installé de nouvelles plantes, parfois avec succès, parfois moins. Je me suis réjouie de nouvelles fleurs à toutes les saisons, de quelques fruits et légumes pleins de saveurs, d’aromates variés et du bourdonnement des abeilles et des bourdons.

Comme tous les jardiniers (par forcément les balcon-jardiniers), j’ai fait face à des problèmes comme les nuisibles, la chaleur, la sécheresse ou des plantes qui ne se développent pas comme on le souhaiterait. Mais tout cela est secondaire et fait partie des aléas du jardinage. Finalement, c’est justement parce que tout ne se passe pas toujours comme prévu que la nature nous fascine. C’est peut-être là d’ailleurs une différence fondamentale avec les autres espaces de la maison. Un espace jardin a toujours sa vie propre.

Mais ce n’est pas tout. J’ai fait plusieurs tentatives de réaménagement (ou plutôt de réagencement) comme j’en ai parlé dans cet article. J’ai choisi un schéma de couleur, j’ai fait un peu de décoration, du nettoyage, du rangement… Bref, j’ai mis toutes les chances de mon côté n’est-ce pas ?

Pourquoi mon balcon-jardin ne fonctionne pas ?

Et pourtant, quelques semaines après toutes ces activités, il me faut me rendre à l’évidence, mon balcon-jardin ne fonctionne pas.

Pour vous donner une idée plus précise de ce que je veux dire, laissez-moi vous expliquer ce que serait pour moi un balcon-jardin qui fonctionne justement. Pour moi, un espace qui fonctionne est un endroit dans lequel on se sent bien, tout simplement. Et un des signes qui ne trompe pas est la fréquence à laquelle vous visitez ou vous (re)posez dans cet endroit. C’est un endroit dans lequel vous aimez vous trouver et vous retrouver en famille ou si la place le permet entre amis. Cela peut-être aussi l’endroit où vous avez le sentiment de vous resourcer ou d’être à l’abri des tumultes extérieurs.

Posez-vous cette question simple : dans quelle pièce de votre maison ou de votre appartement passez-vous du temps, seuls ou avec vos proches ? Cela peut-être le salon, la pièce qu’on croit prédestinée pour la détente ou les réceptions. Mais souvent c’est tout simplement la salle à manger ou même la cuisine si elle est ouverte. Tout dépend bien sûr de vos goûts et domaines de prédilection. Mais vous voyez ce que je veux dire. Qu’est ce qui fait de cette pièce un endroit de prédilection?

En revanche, un endroit dans lequel vous ne faites que passer ou qui ne sert qu’à entreposer des objets dont vous ne savez pas quoi faire autrement n’est pas un espace qui fonctionne (sauf s’il s’agit d’un placard à balais…).

Quelques pistes pour un espace-jardin qui fonctionne

Alors si vous souhaitez comme moi vous réapproprier votre espace-jardin, en faire une pièce à vivre dans votre maison ou votre appartement, il est évident qu’il faut s’y prendre autrement. Refaire un peu de décoration, rajouter une plante par-ci par-là peuvent certes aider un peu, mais avec cela, vous n’attaquez pas le problème à la racine.

Comme nous l’avons vu plus haut, un espace jardin est un espace hybride, entre l’intérieur et l’extérieur. Or, au-delà du jardinage, je m’intéresse également à l’architecture d’intérieur et je suis tombée plusieurs fois sur ce principe d’aménagement. Un chez-soi qui fonctionne est une maison / un appartement :

  1. Fonctionnel
  2. Confortable
  3. Esthétique

Sans aucun-doute, ce principe s’applique également à un espace-jardin. Remarquez le bien, pour que votre espace fonctionne, il faut que les 3 conditions soient remplies et dans cet ordre ! Vous aurez beau décorer et redécorer votre balcon, s’il n’est pas fonctionnel, cela ne marchera pas.

Pensez à toutes ces photos de magazines ou sur Instagram ou Pinterest. On en voit des terrasses ou des balcons de de rêve. Mais avez-vous déjà réfléchi à cela : combien de fois avez-vous vu des personnes, des vraies sur ces photos ? Des enfants, un chien, un chat ? Des miettes de pain, de la terre renversée, des feuilles mortes ? Ou bien des jouets pas rangés, du linge en train de sécher ? La vraie vie, quoi !

Regardons cela de plus près.

Fonctionnel

Comme le nom l’indique, un espace fonctionnel est la base d’un espace qui fonctionne. Jusqu’ici, c’est plutôt simple. Cela suppose bien sûr que vous ayez trouvé une réponse claire à cette question : quelle(s) fonction(s) doit avoir mon espace-jardin ? C’est là que les choses se compliquent un peu.

Quand on ne dispose que d’un espace réduit sur lequel on projette toutes ses aspirations, ce n’est pas facile de faire la part des choses. Alors faites un sondage à la maison et essayez de réduire le nombre de fonctions souhaitées au maximum. Evidemment, plus l’espace est réduit, et plus ce nombre sera petit. Soyez réalistes, et contentez-vous de 2 à 3 fonctions au maximum.

Soyez impitoyables, cela en vaut la peine. D’ailleurs, ne croyez pas que les personnes ayant un grand jardin ne soient pas placées devant le même dilemme. Plus on a de place et plus on a tendance à vouloir y attribuer de fonctions… Aménager, c’est définir ses priorités.

La conséquence de ces choix est que vous aurez dans votre espace-jardin les meubles et les objets dont vous avez vraiment besoin et seulement eux. Tout le reste doit disparaitre.

Enfin, une des conditions sine qua non d’un espace fonctionnel (et c’est là que le bas blesse chez moi) est de pouvoir circuler librement et sans encombre. J’ai déjà fait du tri, mais ce n’est pas encore assez. S’il faut faire des contorsions pour accéder à toutes les zones de votre balcon, ces zones seront tôt ou tard délaissées…

Confortable

Nous venons de parler de contorsions, cela est la parfaite transition pour la condition suivante. Quand je dis confortable, je dis aussi pratique.

Pour être plus claire, voici un exemple. Prenons un petit salon de jardin pour boire un verre avec votre conjoint sur votre balcon ou votre terrasse. Il devra évidemment vous permettre de vous asseoir confortablement et de rester assis quelques temps ainsi que de vous relever (!) sans attraper de lumbago… Mais vous aurez également besoin d’une petite table ou équivalent à portée de la main pour poser votre verre sans avoir à vous relever. De même, si vous devez débarrasser la table du matériel de jardinage avant de pouvoir l’utiliser, vous ne le ferez sans-doute pas très souvent… Là aussi, je parle par expérience, j’ai exactement ce problème. Par conséquent, si vous jardinez, vous aurez besoin d’un endroit pour ranger votre matériel.

Bref, le confort est donc tout ce dont vous avez besoin pour pouvoir exercer la ou les fonction(s) que vous avez choisie(s) de façon pratique et agréable sans avoir à faire d’efforts particuliers.

Esthétique

Quand on en arrive là, le plus dur est fait. C’est la partie de l’aménagement qui procure le plus de plaisir, même si ce n’est pas toujours la plus facile. En tout cas, les sources d’inspiration ne manquent pas et à cette étape vous pouvez à nouveau jeter un petit coup d’œil sur Instagram Winking smile

Mais attention, il n’est pas question de tomber dans le piège des modes et des envies du moment. Il est en effet plus facile de trouver ce qui correspond vraiment et durablement à vos goûts en vous penchant un peu plus sur la question.

Une bonne méthode est d’observer dans le reste de votre maison (ou chez les autres, dans un restaurant, un endroit public ou même dans la nature…) ce qui vous plait le plus. Cela peut-être une couleur, un meuble particulier ou un tableau. Si vous le pouvez, photographiez ces détails et fabriquez un collage. Quels éléments communs pouvez-vous découvrir ?

Pour compléter votre collage, et seulement pour cela, allez enfin chercher des photos et des inspirations sur Internet et dans les magazines. Attendre ce moment aura premièrement l’avantage de ne pas vous mettre la pression. Vous ne serez pas stressés avec des idéaux complètement irréalisables dans la « vraie vie ». Deuxièmement, le style que vous aurez défini sera vraiment le vôtre et non pas celui de Melle ou M. untel sur Internet. La satisfaction sera plus grande, plus durable et en général plus économique.

Mon nouveau projet

Mon programme pour les semaines à venir est donc tout fait. Je vais reprendre l’analyse de mon balcon-jardin depuis le début. Mon but : faire de mon balcon un espace qui fonctionne.

Tous mes efforts passés ne sont bien sûr pas perdus. Certains éléments sont déjà en place et je ne pars pas de zéro. Mes expériences passées me serviront à déterminer ce qui marche et ce qui ne marche pas, en particulier dans le choix de mes plantes. Comme je l’ai souvent évoqué, je ne suis pas fan de la méthode « table rase ». Je préfère « travailler » avec ce qui existe déjà.

Et vous, avez-vous un espace jardin qui fonctionne ? Si oui, comment avez-vous fait pour l’aménager. Quelle a été votre méthode ? Et sinon, avez-vous trouvé ce qui « cloche » ? Et avez-vous envie de vous lancer dans ce nouveau défi avec moi ? Je suis curieuse d’avoir vos retours dans les commentaires.

Photo du haut par Tanny Do on Unsplash

Partager:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.