Jardiner avec la lune c’est quoi ?

Jardiner avec la lune, c’est prendre en compte le calendrier lunaire pour effectuer certains travaux de jardinage. A une époque où il n’y avait pas de prévisions météorologiques, ce calendrier, une observation attentive de la nature et la connaissance des phénomènes phénologiques étaient d’une importance vitale. Comment savoir sinon à quel moment semer, tailler, et récolter ? Dans un monde souvent incompréhensible, il offrait une orientation plus que bienvenue. Cette tradition s’est perpétuée jusqu’à nous et échauffe souvent les esprits.

Les principes du calendrier lunaire

L’idée que la lune une puisse influencer les plantes et leur croissance provient elle-aussi de l’observation de phénomènes naturels. Pensez aux marées par exemple. Sans la lune, pas de marées, c’est indéniable. On sait aussi depuis fort longtemps que les phases de la lune ont une influence sur la force des marées. A la pleine lune, ou à la nouvelle lune, quand le soleil, la lune et la terre sont sur le même axe les marées sont plus fortes. Au contraire, elles sont plus faibles en lune croissante ou décroissante. Jusqu’ici, nous sommes dans le domaine de la science et des phénomènes avérés.

De là, il n’a fallu qu’un petit pas pour supposer que la lune pourrait avoir une influence sur tous les liquides. Encore un petit pas, et nous parlons des êtres vivants, et des plantes au travers de la sève en particulier.

Les calendriers lunaires développés à partir de cette hypothèse considère deux éléments principaux.

La position de la lune dans le ciel

De tout temps, la lune a exercé une fascination particulière sur les hommes et a fait l’objet de nombreuses observations. Ainsi il est vite devenu clair que la lune, selon son éloignement de la terre, n’a pas toujours la même position dans le ciel. Elle commence son cycle au point le plus bas, dans le signe du Sagittaire. Ensuite, elle remonte jusqu’au signe des Gémeaux et redescend finalement à son point de départ. On appelle ce cycle d’environ 27 jours, la “révolution lunaire périodique”. Les jardiniers en ont déduit la théorie suivante :

La lune montante attirerait la sève vers le haut et serait donc favorable aux récoltes. Au contraire la lune descendante ferait redescendre la sève dans les racines. Alors elle serait donc plus propice aux soins des racines, aux semis ou à la taille. Ici attention à une confusion assez courante : ces “phases” de lune montante ou descendante n’ont rien à voir avec les phases de la lune décrites plus haut.

De plus, les calendriers lunaires font état de jours où il vaut mieux ne pas jardiner du tout. Les nœuds lunaires tout d’abord où la trajectoire de la lune autour de la terre croise celle de la terre autour du soleil (2 fois par révolution lunaire) seraient néfastes. De même, l’apogée ou le périgée où la lune est à son point respectivement le plus éloigné ou le plus rapproché de la terre (chacun 1 fois par révolution) sont également peu favorables.

Les constellations

Par ailleurs, il n’a pas échappé à nos ancêtres que la lune traversait les différentes constellations de façon cyclique. Durant la durée d’une révolution lunaire, la lune traverse les 12 signes du zodiaque du Sagittaire au Capricorne. Avec la théorie de l’action de la lune sur la sève des plantes, nous avions déjà quitté le domaine de la science. A présent nous entrons franchement dans le domaine de l’astrologie.

En effet, comme dans cette dernière, les signes et constellations sont associés à certains éléments : l’eau, le feu ou la chaleur, la terre et l’air ou la lumière. Les parties des plantes par ailleurs sont elles-aussi associées à ces mêmes éléments : les racines à la terre, les feuilles à l’eau, les fruits au feu et les fleurs à l’air.

Quoi de plus logique donc de s’occuper plus particulièrement des parties des plantes qui vous intéressent le plus quand la lune se trouve dans le “bon élément”. Chaque élément regroupe 3 signes et la lune traverse donc chaque élement 3 fois au cours d’un cycle.

Les calendriers lunaires pour le jardinage combinent donc les observations concernant la hauteur de la lune et sa position par rapport aux constellations. Ils définissent donc des jours propices aux semis, à la taille et aux récoltes pour les végétaux “feuilles”, “fruits” “fleurs” ou “racines”.

Jardiner avec la lune: mythe ou réalité

Après ces explications, nul besoin de préciser sans-doute qu’il n’existe aucune preuve scientifique de l’influence de la lune et du calendrier lunaire sur le succès des cultures. Surtout qu’au cours des siècles, plusieurs versions se sont développées.  Certaines divisent le cycle lunaire en 12 signes de durée égale (calendriers astrologiques). D’autres se basent sur des observations plus précises (calendriers astronomiques) prenant en compte des constellations de tailles différentes. Les travaux à effectuer divergent donc selon que l’on consulte un calendrier ou l’autre. Alors pourquoi cette théorie aux relents ésotériques a-t-elle tant d’adeptes ?

Les jardiniers appliquant le calendrier lunaire à la lettre rapportent pourtant avoir plus de succès et de meilleures récoltes que les autres. Ici bien sûr, il est difficile de faire la part des choses entre des observations objectives et une perception des choses plus subjectives. Entre les partisans du calendrier lunaire et ses détracteurs, les débats s’enflamment souvent.

Une chose est sure, même si le calendrier lunaire n’apporte rien, en tout cas, il ne fait de mal à personne. Et si j’ose ici faire une hypothèse, c’est peut-être là un début de piste.

Une théorie

Si après ces explications vous appartenez au camp des sceptiques, jetez tout de même un coup d’œil sur le calendrier lunaire. Surtout si vous êtes jardinier-débutant, vous ne savez peut-être pas toujours par où commencer vos travaux au balcon-jardin. Eh bien, pourquoi ne pas vous orientez au calendrier lunaire et jardiner (un peu) avec la lune ? Vous n’êtes pas obligé d’en devenir l’esclave ! Là, les travaux y sont parfaitement structurés. Toutes les catégories de végétaux sont représentées et vous pourrez vous y consacrez l’une après l’autre sans en oublier une. Suivre le calendrier lunaire, cela demande certainement une certaine discipline et de l’endurance. Et c’est peut-être ça qui fait le succès de ceux qui jardinent avec la lune.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Le jardinage avec la lune est-il pour vous de l’ordre de la superstition ou le fruit d’une expérience ancestrale qu’il serait dommage de ne pas utiliser ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires.

Photo : NASA

Partager:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gr​​​​​atuitement le guide "Je jardine sur mon balcon"