Pourquoi les ai-je choisies ?

Entre nous, y-a-t-il vraiment besoin d’une explication ? 🙂 Qui ne connaît pas encore le plaisir de croquer dans une fraise bien rouge, tout juste cueillie et encore chaude des rayons des soleils doit absolument essayer. D’ailleurs, il n’est jamais trop tard pour bien faire. Et s’il y a bien un fruit qui se prête à la culture en pots sur les balcons, c’est bien celui-là. A moins de ne planter que des fraises, cela pourrait faire juste pour la charlotte, mais pour décorer votre musli au petit-déjeuner, cela devrait faire l’affaire. Et dans le genre “c’est moi qui l’ai fait”, on ne peut presque pas faire mieux. Activez vos papilles, cela rend plus zen!

Portrait

Famille et origine

Faites un tour dans une jardinerie et la popularité de la fraise auprès des petits et des grands va vous sauter aux yeux : il en existe de nombreuses variétés, des rouges, des blanches, des remontantes, des retombantes, des grimpantes… Bref, c’est une vraie jungle de fraises qui s’offre à nous lorsqu’on se penche un peu sur la question. Je vais donc essayer de mettre un peu d’ordre dans tout ça.

Tout d’abord, on distingue 2 grandes familles de fraises :

  • la fraise commune de nos jardins ou “fragaria x ananassa” (littéralement fraise ananas) est un hybride. Elle est en effet issue du croisement de la fraise d’Amérique du Nord avec la fraise du Chili. La fraise que nous connaissons nous vient donc d’au-delà de l’Atlantique. Elle a été introduite en Europe au XVIIIième siècle.
  • la fraise des bois ou “fragaria vesca” (ce qui signifie quelque chose comme “petite fraise”) quant à elle est une espèce “indigène” et spontanée. Elle est originaire des zones tempérées d’Europe et d’Asie. La populaire “fraise des quatre saisons” (fragaria vesca var. semperflorens) par exemple est une variété de fraise des bois.

Toutes deux appartiennent à la famille des Rosacées tout comme les cerisiers, les pommiers par exemple mais aussi les églantiers, les potentilles ou les buissons ardents, pour n’en citer que quelques-uns.

Remontantes ou non-remontantes

Une autre distinction à connaitre est celle entre fraisiers remontants et non remontants. Les premiers donneront des fruits plusieurs fois dans la saison. Les seconds une seule fois, en général entre mai et juillet, mais de façon plus abondante. Ces deux variantes ne se cultivent pas de manière fondamentalement différente, finalement ce sera donc surtout une question de goût. S’il existe des différences, je les mentionnerai par la suite. 

Besoins nutritifs et climatiques

Les fraisiers sont très bien adaptés aux climats modérés d’Europe et d’ailleurs. Comme beaucoup de “fruitiers” ils aiment le soleil et si vous les placez à un endroit lumineux, ils vous le rendront bien avec des fruits sucrés et savoureux. Si votre balcon est à l’ombre cependant ou si vous n’avez pas assez de soleil au cours de la journée, ne désespérez pas. Misez sur les fraises des bois qui prospèrent aussi à des endroits plus ombragés (ce n’est pas pour rien qu’elles s’appellent ainsi).

Quant au sol, les fraisiers apprécient la fraicheur et une légère acidité. Leurs besoins nutritifs vont de moyens pour les fraises des jardins à faibles pour les fraises des quatre saisons. C’est là d’ailleurs que les choses se compliquent un peu. En effet, les informations trouvées sur ce sujet sont un peu contradictoires.  En effet, il semble que les fraises soient un peu les “divas” du balcon-potager. Voici la version que je trouve la plus logique et que je vais adopter cette année :

Contrairement à beaucoup de leurs collègues du potager, les fraises n’aimeraient pas le compost, souvent trop riche en minéraux. Il vaut donc mieux avoir recours à un engrais organique (fumier ou de façon plus pratique sans-doute pour les citadins comme moi engrais spécial fraises) pour les nourrir. Les remontantes ont besoin d’un apport régulier pendant tout la saison (une fois tous les 15 jours), les autres après la récolte, car c’est là que se mettent en place les futures fleurs (et non pas au début du printemps comme on pourrait s’y attendre).

Entretien de la fraise sur le balcon

L’action d’entretien la plus importante pour les fraises est l’arrosage qui doit être copieux et régulier si la récolte doit être belle. Eh oui, ces amoureuses du soleil sont également de grandes assoiffées. Attention cependant à ne pas avoir la main trop lourde et à ne pas mouiller les feuilles, elles pourraient attraper le mildiou.

Pour éviter que les fruits pourrissent ou s’abiment au contact du sol, il est conseillé de pailler le sol dès le mois de mai. J’utilise de la paille tout simplement, ce n’est pas pour rien qu’elles s’appellent “strawberries” en anglais). Ceci a aussi l’avantage de garder le sol frais et de ralentir l’évaporation.

Enfin, faites-leur une petite coupe après la dernière récolte en retirant toutes les feuilles abimées, séchées ou tachées avant l’hiver. Les fraises sont d’ailleurs rustiques et on dit même qu’elles ont besoin d’un coup de froid pour bien fleurir. Attention cependant en pot : ne laissez pas geler la motte, elles ne pourraient plus se nourrir.

Comment obtenir des fraisiers

Le plus simple est ici encore d’acheter des plants en jardinerie. Il est certes possible de faire des semis, mais les graines sont plus difficiles à trouver que les jeunes plantes. Les variétés remontantes peuvent se planter au printemps, les autres préfèrent l’automne. Prenez soin d’acheter des variétés “auto-fertiles” (ce qui est très souvent le cas sauf pour certaines variétés anciennes). Si vous n’avez pas beaucoup d’insectes sur votre balcon, passez un petit coup de pinceau sur les fleurs pour avoir de beaux fruits.

Il est également possible d’obtenir des fraises grâce à des “stolons” en été, j’y reviendrai dans un article suivant.

Les fraises sur le balcon

Il est possible de cultiver des fraises dans des pots de petite taille, des jardinières ou dans des pots dits “à fraises” qui permettent d’économiser de la place. Elles se plantent en groupe mais aussi avec de nombreuses autres plantes “potagères” comme les épinards, la salade ou l’ail. Les associations avec des fleurs comme les géraniums ou les héliotropes sont elles-aussi possibles et originales.

Choisissez-les selon vos besoins : il en existe des “droites”, des retombantes ou des “grimpantes” (à accrocher, elles ont besoin d’un peu d’aide pour pousser en hauteur). Certaines ont des fleurs blanches, d’autres des fleurs roses. Il en existe à chair rouge, ou à chair blanche. Bref : là aussi, il y en a pour tous les goûts. Essayez-les pour trouver vos préférées.

Recommandation : absolument (ou presque)

La culture des fraises fonctionne vraiment très bien sur les balcons. Pourquoi renoncer à croquer dans des fruits savoureux mûris au soleil même quand on n’a pas de jardin ? Attendez qu’elles soient bien rouges et se détachent toute seules et dégustez-les, tout simplement. Promis, vous n’aurez jamais mangé de fraises aussi bonnes !

Faites-vous plaisir : en respectant quelques règles simples, elles sont très faciles d’entretien et feront la joie des petits et des grands.

Et vous, que pensez-vous des fraises sur le balcon ? N’hésitez pas à partager vos astuces de culture dans les commentaires ci-dessous.

Partager:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gr​​​​​atuitement le guide "Je jardine sur mon balcon"