Pourquoi l’ai-je choisie ?

Avec la tomate, nous sommes de retour chez les grands classiques des balcons-jardins. La culture de la tomate nécessite un peu de savoir-faire. Cependant, elle réussit particulièrement bien en pot, surtout s’ils sont placés sous-abri. La tomate (cerise, en particulier) a été l’une des premières plantes « élevée » sur mon balcon en partant de graines et c’est elle qui jusqu’à présent a produit les récoltes les plus régulières, abondantes et savoureuses. Certaines années, quand la culture d’autres plantes s’est avérée difficile, j’ai même joué avec l’idée de ne plus cultiver que des tomates. Cette année, je l’ai déjà évoqué ici, mes semis de tomates n’ont pas réussi, mais j’attribue ce phénomène à la fameuse exception qui confirme la règle.

Portrait

Famille et origine

La tomate ou “Solanicum lycopersicum” appartient à la famille des Solanacées et est une proche parente des pommes de terre, des aubergines, des poivrons mais aussi des pétunias et du tabac. Bien qu’omniprésente dans les potagers et les assiettes (surtout méditerranéennes), son apparition en Europe est assez récente. La tomate est originaire d’Amérique Centrale et on trouve trace de sa culture chez les peuples Mayas il y a plus de 2000 ans. Son introduction en Europe ne date cependant que de la découverte de l’Amérique au début du XVI ième siècle. Elle a ensuite mis plus de 400 ans à se populariser. A son arrivée sur le vieux continent, on l’utilisait surtout comme plante ornementale ou médicinale. Ce n’est finalement qu’au XX ième siècle qu’elle a commencé sa conquête potagère et culinaire.

De nos jours, on trouve plus de 3000 variétés de tomates, de toutes les tailles, de toutes les formes et de toutes les couleurs (ou presque). Si elle pousse toujours à l’état sauvage en Amérique, c’est essentiellement au potager qu’on la trouve en Europe.

Besoins nutritifs et climatiques

Le succès des dernières années me l’a démontré : la tomate aime la chaleur et apprécie les emplacements bien lumineux. Elle supporte également très bien les climats secs, si elle est arrosée régulièrement. Voilà donc a priori d’excellentes conditions de culture pour les balcons (sauf au nord probablement). Pour cultiver des tomates, deux choses importantes sont à savoir :

  • La tomate est une grande gourmande et a besoin d’une terre riche. Le mieux est d’utiliser un terreau horticole ou d’enrichir un terreau universel avec du compost. Après cela, des apports d’engrais (si possible riches en potassium) sont recommandés toutes les 2 semaines.
  • La tomate a besoin d’arrosages copieux et réguliers (pas étonnant, les fruits sont composés à 90% d’eau). Cependant, nous allons le voir plus tard, il est très important de ne pas arroser le feuillage.

Comment obtenir des tomates ?

Le moyen le plus simple d’obtenir des plants de tomates est bien sûr de les acheter tous faits. Cela a également l’avantage de la rapidité et de la spontanéité. Si vous décidez au mois de mai de planter des tomates, c’est possible !

La méthode la plus économique, flexible et rigolote est cependant de faire des semis. En général, les semis de tomates sont assez simples à réaliser. Je dis en général car justement cette année mes semis de tomates n’ont rien donné… Mais c’était vraiment la première fois. Pour cela, placez quelques graines de tomates dans des godets remplis de terreau à semis. à partir de la fin mars. Maintenez la terre humide et attendez… Environ 3 semaines après la levée, il est temps de repiquer les jeunes pousses dans des pots d’au moins 10 l par plants. Placez immédiatement un tuteur (sauf s’il s’agit d’une variété naine) et c’est parti.

Surveillez au printemps les températures car la tomate craint le froid. Ne les placez dehors que quand les risques de gelées sont passés (au plus tard à la mi-mai). La tomate est d’ailleurs une plante annuelle qui ne passera pas l’hiver. En revanche, il n’est pas rare que de nouvelles plantes issues du compost renaissent spontanément au printemps.

Entretien

L’arrosage

Les jeunes tomates ont besoin au début de leur carrière d’arrosages réguliers. Dès que la terre est sèche en surface, arrosez. Quand la plante aura pris de la vigueur, n’hésitez pas à attendre que la plante laisse (un peu) pendre ses feuilles. Ainsi, pas de danger de l’arroser trop.

L’arrosage des tomates demande par ailleurs quelques précautions supplémentaires. En effet, comme je l’ai déjà évoqué, il faut éviter de mouiller les feuilles. N’hésitez pas d’ailleurs à supprimer les feuilles du bas, si elles sont en contact avec la terre. Le mieux est aussi de placer vos plantes sous-abri (un balcon couvert est pour cela idéal). Ceci explique à mon avis pourquoi la tomate est si populaire sur les balcons : ceux-ci lui offrent souvent de très bonnes conditions de croissance.

La raison pour toute ces précautions est que la tomate est malheureusement très sensible aux maladies cryptogamiques favorisées par les milieux chauds et humides. Le mildiou de la tomate est particulièrement redouté et redoutable. Mises à part les précautions à l’arrosage, il est conseillé de placer les tomates dans un endroit bien aéré, pas trop serré et le plus loin possible des pommes de terre (si vous en cultivez).

Les autres soins

Les tomates naines n’ont en général besoin d’aucun autre soin. Les autres en revanche, qui peuvent atteindre près de 2m de hauteur, ont besoin d’un tuteur pour soutenir les tiges. Placez le tuteur dès la plantation pour ne pas endommager les racines et attachez la tige principale au fur et à mesure de sa croissance.

La seconde mesure de soin importante pour une belle récolte est la suppression de ce que l’on appelle les « gourmands ». Il s’agit de petites tiges poussant à l’aisselle des feuilles. Ceci a pour but de concentrer l’énergie de la plante sur les tiges principales et finalement les fruits. Enlevez-les à la main dès leur apparition. A essayer : replantez les gourmands dans un nouveau pot, il paraît que cela fonctionne très bien.

Enfin, sachez que les fleurs typiques de couleur jaune ont besoin d’être pollinisées pour donner des tomates. Si les fleurs tombent sans faire de fruits, ne cherchez plus et attrapez un pinceau doux. Malheureusement, les insectes manquent parfois sur les balcons et il faut aider un peu la nature. Passez donc votre pinceau doucement sur les fleurs et le tour est joué.

La tomate sur le balcon

Vous disposez d’un balcon chaud et ensoleillé ? Misez sur la tomate. Les variétés classiques, poussant en hauteur, ont besoin d’espace mais poussent très bien en pot. Si vous n’avez pas beaucoup de place, choisissez des variétés naines qui n’ont besoin ni de tuteurage ni de suppression des gourmands et qui restent compactes (environ 20cm).

La tomate apprécie le voisinage d’aromates comme le basilic ou celui des carottes, des radis et des épinards.

Recommandation : absolument

Si vous ne devez choisir qu’une plante potagère pour votre balcon, choisissez la tomate. Elle permet de voir grandir une plante à partir d’une graine, jusqu’à la récolte en passant par la floraison. Certes, sa culture demande quelques précautions mais elle n’est pas si difficile que ça. En respectant les quelques règles exposées ici, vous obtiendrez les meilleures tomates que vous ayez jamais mangées. Promis !

Si vous avez trouvé cet article utile, n’hésitez pas à le partager.

Partager:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gr​​​​​atuitement le guide "Je jardine sur mon balcon"