L’aventure continue sur le pied d’arbre, et aujourd’hui, je vais vous parler d’un engrais différent, j’ai nommé l’engrais vert. Dans cet article, où je partageais avec vous mes premiers pas sur mon pied d’arbre, je l’avais déjà évoqué. Replantons le décor : si vous vous souvenez bien, j’avais reçu l’autorisation de végétaliser mon pied d’arbre au début de l’été. C’est bien beau oui, mais comment commencer à aménager un massif à cette époque de l’année ? Planter des vivaces avant les grandes chaleurs et la sécheresse estivale ? C’est les envoyer à une mort certaine. Pour les annuelles, il était déjà trop tard. Le froid et le manque de luminosité seront là avant qu’elles n’aient eu le temps de fleurir… Laisser le sol en friche ? Même pendant quelques semaines, pas une bonne idée… C’est alors que dans ce dilemme, l’idée géniale m’est venue d’utiliser un engrais vert.

Sur mon balcon, je n’y avais encore jamais eu recours. Il faut dire que les pots et bacs sont rarement en friche. Mais quand on y songe, un engrais vert pourrait bien me servir là aussi. Surtout quand on veut utiliser la terre plusieurs fois. En effet, ces engrais (car il y en a plusieurs) ont de nombreuses vertus sur lesquelles je vais me pencher dans cet article. Alors un engrais vert, c’est quoi exactement ?

L’arme fatale du jardinier paresseux

Certes, le vert est à la mode de nos jours. Mais dans le cas des engrais verts, il ne s’agit pas d’une tentative maladroite de rendre plus écologique un produit classique. Même si, anecdote rigolote, on oppose bel et bien les engrais verts aux engrais bleus. Certains engrais chimiques se présentent en effet sous la forme de granulés bleus…

Un engrais vert n’est donc pas un engrais vendu sous forme de granulés verts ou dans un paquet vert. Il s’agit bien plus d’une espèce de plante ayant la particularité d’améliorer le sol sur laquelle elle pousse. Selon les espèces, l’engrais vert peut donc :

  • Améliorer la structure du sol (on devrait alors plutôt parler d’amendement, mais on ne veut pas être comme ça…)
  • Nourrir le sol (là on parle vraiment d’engrais)
  • Protéger le sol des précipitations et du ruissellement
  • Empêcher la croissance d’adventices (appelées plus communément « mauvais herbes »)

Dans un sol trop compact, les racines des plantes se développent mal. Traditionnellement, il est alors nécessaire de travailler le sol pour l’aérer. Pas marrant, ça, le travail du sol et plutôt fatiguant… Par ailleurs, les plantes épuisent peu à peu les réserves nutritives du sol. Et après quelques, temps, ces réserves doivent être reconstituées par l’apport d’engrais synthétiques ou mieux, de compost.

Avec les engrais verts, c’est la plante qui fait tout. Nous avons donc affaire à un « produit » multi-fonction créé par la nature elle-même. Ce n’est donc pas un hasard s’il s’agit d’une technique ancestrale comme nous le dit Wikipedia dans cet article.

Un engrais vert est-il une mauvaise herbe ?

En jetant un petit coup d’œil sur la liste des plantes faisant office d’engrais verts, certains jardiniers vont avoir des sueurs froides… Dans le best-of des engrais verts se retrouvent en effet les plantes suivantes (liste non exhaustive).

  • La phacélie à feuille de tanaisie : rien que pour son nom, je l’adore celle-là… Une plante annuelle, appelée également « amie des abeilles » (tout un programme). Grâce à ses nombreuses racines, elle se révèle utile contre les adventices comme le fameux chiendent mais aussi contre les nématodes (des verts microscopiques). On la sème d’avril à septembre. Elle pousse rapidement.
  • Le trèfle : l’ennemi numéro un des ayatollahs du gazon a pourtant de nombreuses qualités. Il nourrit le sol en capturant l’azote de l’atmosphère. On le sème selon les espèces d’avril à octobre. Il est de croissance rapide.
  • La moutarde blanche : avec ses racines profondes, elle étouffe comme la tanaisie les mauvaises herbes et éloigne les nématodes. C’est une plante annuelle qu’on sème de mars à octobre. Elle est de croissance rapide.
  • L’ivraie : séparer l’ivraie du bon grain, ça vous dit quelque chose ? L’ivraie est une graminée qui ressemble à une céréale et elle n’est pas comestible. Mais elle a l’avantage de recouvrir rapidement le sol et de le protéger du lessivage. Et puis, encore une anecdote intéressante pour les fanas du gazon anglais : les terrains de tennis de Wimbledon ne sont pas couverts de gazon, mais d’ivraie. Ils doivent savoir pourquoi… On le sème de mars à octobre.
  • Le lupin : plante annuelle dont il existe de nombreuses variétés. Le lupin bleu est celui utilisé comme engrais vert. C’est une légumineuse qui enrichit le sol en azote. On le sème d’avril à juillet.
  • Le lin bleu : plante annuelle à la jolie floraison. Il décompacte le sol grâce à ses racines profondes. On le sème d’avril à juin.
  • Le radis chinois : plante annuelle. Il protège le sol des « mauvaises herbes », le décompacte et lutte contre les nématodes. On le sème jusqu’en septembre.
Le tréfle est un engrais vert commun
Photo par kiki Wang sur Unsplash

Quel engrais vert choisir ?

Comme vous voyez, il existe de nombreuses espèces de plantes capables d’améliorer le sol de votre jardin. Ou celui de vos pots et bacs d’ailleurs, ce qui est particulièrement intéressant pour nous. Mais alors, c’est un peu l’embarras du choix, non ? Comment s’y retrouver dans tout ça ?

Heureusement, pour nous faciliter la tâche, il existe des mélanges d’engrais verts tout prêts. Le mien (acheté en Autriche) est composé de différentes sortes de trèfle, de tanaisie, de moutarde et d’ivraie. Il est destiné à ameublir et nourrir le sol. Selon l’objectif recherché, des mélanges différents sont offerts comme par exemple ceux-ci.

Les engrais verts sont bien partis pour nous réconcilier avec les « mauvaises herbes », en tout cas avec certaines. Maintenant que vous avez fait connaissance, il ne vous reste plus qu’à les essayer. Je vous expliquerai en détail comment faire dans un prochain article.

Et vous, connaissez-vous déjà les engrais verts ? Les avez-vous déjà utilisés au jardin, sur votre balcon ou votre terrasse ? Partagez vos expériences dans les commentaires en dessous de cet article. Nous sommes curieux d’en apprendre plus.

Partager:

2 thoughts on “Un engrais pas comme les autres

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.