Vous avez récemment aperçu de magnifiques bacs à la jardinerie ou au de jolis pots à la boutique déco ? Oui, les choses ont bien progressé et les designers sont passés par là aussi. Quelle différence entre les contenants actuels et les vieilles jardinières toutes moches de nos grand’mères ! Mais au-delà de l’aspect déco de ces éléments, il y a de nombreuses bonnes raisons de jardiner en pot. Vous hésitez encore ? Lisez la suite de cet article et découvrez pourquoi vous devriez vous lancer le plus tôt possible.

1. Jardinier urbain : pas le choix !

Cela n’est peut-être qu’une faible consolation, mais dans beaucoup de cas, vous n’avez simplement pas d’autre possibilité. Beaucoup de jardiniers urbains par exemple et tous ceux qui jardinent sur leur balcon ou leur terrasse sont, sauf exception, obligés d’avoir recours à des « contenants » pour jardiner.

Si c’est votre cas, réjouissez-vous ! Car un « jardinier en bac » n’est pas un jardinier au rabais. Au contraire, cela demande juste un savoir-faire particulier. Avec les bonnes techniques (que nous verrons de plus près dans un prochain article), vous pouvez vous-aussi et sans complexe vous adonner aux joies du jardinage. En végétalisant votre entourage, vous contribuez à le rendre plus agréable à vivre et vous vous offrez un environnement plus plaisant et plus apaisant. Alors pourquoi hésiter plus longtemps ?

Avez-vous déjà remarqué ? Même les heureux propriétaires (ou locataires) d’un jardin jardinent parfois eux-aussi en bac ou en pot alors qu’ils ont accès à la terre. Pourquoi jardiner en pot est-il donc une bonne idée, même quand on possède un jardin ? Regardons cela de plus près.

2. Jardiner en pot, c’est tout simple

Même si jardiner en pot demande quelques connaissances de base, il n’est pas très difficile de se lancer. Par ailleurs, l’investissement nécessaire est souvent limité : quelques pots ou bacs (éventuellement même des objets recyclés), un substrat de bonne qualité, quelques outils (des gants, une fourchette, un plantoir ou même une cuillère, un arrosoir…), une plante ou des graines et le tour est joué. Quand on prétend ne pas avoir la main verte, jardiner dans ce que j’appelle des « conditions contrôlées » peut permettre d’oublier les freins qui nous arrêteraient dans un espace plus important. Finalement, les conséquences sont très limitées en cas d’échec.

Et pour revenir aux contraintes dont j’ai parlé au tout début concernant les balcons et terrasses, même s’il existe aujourd’hui des solutions pour les végétaliser (tout comme les toits), celle-ci sont difficiles à réaliser sur des structures déjà existantes, sont très techniques et en conséquence coûteuses (entre 60 et 170€ par m² selon le type de végétalisation).

Jardiner en bac permet donc de végétaliser tous les espaces très rapidement, de manière flexible et économique.

3. Des plantes nomades

Il est facile de déplacer les plantes en pot
Photo par Eric Vadeboncoeur sur Unsplash

Si vous commencez à jardiner dans un nouvel espace extérieur, qu’il s’agisse d’un balcon, d’une terrasse, d’une cour ou même donc d’un petit jardin, vous ne connaissez peut-être pas exactement les conditions régnant dans cet espace. Quels sont les endroits les plus ensoleillés ou ombragés ? Où tombent les précipitations ou quelles sont les zones les plus exposées au vent ?

Théoriquement, il serait idéal d’observer et de noter tous ces éléments au fil des saisons avant de commencer à jardiner. Mais en pratique, personne n’a envie d’attendre aussi longtemps. En jardinant, on apprend certes à être patient et à laisser faire la nature. Mais clairement, c’est un apprentissage et les moins patients d’entre nous (dont je fais partie…) auront vite envie de voir des « résultats ». Si vous jardinez en pot, pas de problème. Le « jardinier classique » aura besoin de creuser et de replanter, au risque d’endommager la plante. Le jardinier en pot, quant à lui, pourra simplement déplacer la plante pour la mettre à un endroit plus propice.

4. L’hiver : même pas peur

Si vous êtes adeptes des plantes un peu frileuses comme certaines plantes méditerranéennes ou exotiques, les cultiver en pot ou bac vous permettra de leur faire passer l’hiver sans dommages. Vous avez peut-être déjà observé que par exemple les lauriers roses, les agrumes ou certains palmiers étaient souvent cultivés en bac (selon les régions), même dans des jardins. De cette façon, il est possible de les mettre à l’abri dès que les températures baissent. Vous découvrirez ainsi que certaines espèces cultivées comme des annuelles sont en fait des vivaces (comme le poivron par exemple…).

Cependant attention ! Hiverner des plantes ne s’improvise pas et cela demande tout d’abord de l’espace mais aussi de bonnes conditions. Pour aller plus loin sur la protection hivernale des plantes, vous pouvez consulter cet article. Dans tous les cas, je vous conseille de choisir de telles espèces seulement si vous avez la possibilité de les hiverner correctement. Il serait dommage d’investir tant d’efforts pour la survie de vos plantes pour n’obtenir que des résultats décevants.

5. Le substrat : pas de limites

Par ailleurs, la qualité du sol dans un jardin « d’occasion » laisser parfois à désirer. Ou bien vous ne la connaissez pas, tout simplement. Sans parler des plantes qui ont besoin d’un substrat bien particulier pour prospérer. Un grand classique sont les plantes appréciant les solsacides. Dans un jardin à-même le sol il est certes possible de changer la terre mais cela représente un travail important. Jardiner en pot vous permettra de planter ce que vous voulez sans vous soucier de la qualité du sol existant.

Cela peut être également fort appréciable si vous souhaitez faire un petit potager biologique. La terre des jardins est bien souvent polluée par les engrais ou herbicides utilisés par vos prédécesseurs. La prise de conscience pour le jardinage écologique est finalement un phénomène assez récent, ne l’oublions pas.

De plus, vous pourrez placer côte à côte des plantes qui ont besoin de substrats différents ou ont des besoins différents. Certaines plantes apprécient les sols frais et humides, d’autres la sécheresse. Certaines sont très gourmandes en nutriments et d’autres sont plutôt modestes. Ces plantes, installées de façon classique dans un jardin, sont normalement incompatibles. Jardiner en pot peut ainsi vous ouvrir plein de nouvelles possibilités pour des compositions originales qui ne seraient pas viables en pleine terre. Cela ne vaut bien sûr que si vous placez les plantes dans des pots distincts…

6. Un potager simplifié

Un potager en bac est idéal pour débuter
Photo par Elisa Calvet B. sur Unsplash

Revenons sur le sujet du potager qui est souvent le souhait numéro un des jardiniers urbains. Un potager de balcon est en effet un bon moyen de se faire plaisir en jardinant. Quel plaisir de récolter le fruit de son travail, même s’il ne s’agit que de petites quantités !

Si vous vous êtes déjà penché sur la question, vous avez sans-doute entendu parler de la rotation et de l’association des cultures au potager. Vaste sujet qui peut en décourager plus d’un au premier abord. Dans le cas où vous jardinez en bac ou en pot, votre tâche sera grandement simplifiée. Si vous débutez et que cela est trop compliqué pour vous, plantez les différentes espèces dans des pots différents et changez le substrat après chaque culture. Pour pourrez toujours augmenter la difficulté au fur et à mesure si vous commencez à jardiner dans des bacs plus grands et que vous ne souhaitez pas changer le substrat à chaque fois. Personne n’est devenu expert en une saison et en jardinage, il s’agit de faire ses propres expériences. Jardiner en bac permet d’essayer et de se faire la main à petit échelle, sans se décourager.

Pour bien commencer votre potager de balcon, je vous invite également à consulter cet article.

7. Jardinage et décoration : effet deux en un

Enfin, et ce n’est pas le moindre des avantages, jardiner en bac permet de joindre l’utile à l’agréable. Comme je l’ai déjà évoqué plus haut, fini les jardinières en plastique toutes moches… Les créateurs et décorateurs ont découvert pour eux les espaces extérieurs et n’ont pas négligé les contenants.

En effet, la création d’un espace extérieur ne repose qu’en partie sur le choix des végétaux. En fait, même si à la fin les plantes sont mises à l’honneur, elles ne sont prises en compte qu’assez tardivement dans une démarche d’aménagement. Rentrer dans tous les détails dépasserait le cadre de cet article, mais ce qui est clair, c’est que les bacs et les pots ont plus d’un rôle à jouer quand on souhaite faire de son balcon, sa terrasse ou son petit jardin un espace à vivre. Ils peuvent par exemple vous aider à « zoner » l’espace, à le structurer, à lui donner un style et à créer l’ambiance que vous désirez. Bien souvent, là aussi, on trouve des bacs et des pots dans les jardins pour leur donner le petit truc en plus. Ce n’est pas un hasard…

Il y a d’autres raisons qui font du jardinage en pot ou en bac une alternative intéressante au jardinage en pleine terre. Pensez par exemple à l’ergonomie, à la meilleure protection contre certains nuisibles, à l’endiguement des plantes invasives, etc… Jardiner en pot a bien des avantages.

Comme rien n’est parfait, bien sûr, il a également des inconvénients. Par exemple, une plante en pot est moins « indépendante » qu’une plante placée en pleine terre. En tout cas si elle est plantée au bon endroit… Mais les avantages n’en sont pas moins intéressants.

J’espère que cet article vous aura donné envie d’essayer le jardinage en pot, que ce soit sur votre balcon, votre terrasse ou même dans votre jardin. Si vous recherchez un ouvrage sur ce sujet, consultez par exemple celui-là. Et si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager. Dites-nous également dans les commentaires ce que vous pensez du jardinage en pot. Nous sommes curieux de lire votre avis.

Grande photo: Antônia Felipe sur Unsplash

Partager:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.