Pourquoi l’ai-je choisi ?

Dans la famille des aromates, je demande… le romarin (ou romarin officinal, “rosmarinus officinalis”). Voici encore une plante qui ne doit pas manquer sur les balcons de tous ceux qui apprécient la cuisine méditerranéenne. De plus, le romarin aime la chaleur et supporte la sécheresse. Et ça, on en a souvent à revendre sur les balcons en été. Enfin, il ne prend lui non plus pas beaucoup de place puisqu’il s’agit d’un petit buisson qui, cultivé en pot, attendra au plus 70 cm de hauteur. Bref, il semble être fait pour pousser sur les balcons !

Portrait

Famille et origine

Le romarin appartient, devinez quoi, à la famille des Lamiacées comme ses cousines, la sauge et l’origan. Et comme elles, il provient des pourtours de la Méditerranée. Ce n’est donc pas un hasard s’il entre dans la composition des “herbes de Provence” par exemple. Dans sa région d’origine, on le trouve encore à l’état sauvage, mais cela fait longtemps qu’il a conquis les jardins et balcons de nombreuses régions plus septentrionales.

En raison de son parfum très prononcé, on l’utilisait dans l’Antiquité comme de l’encens. Au Moyen-Age, c’est pour ses vertus médicinales qu’on l’appréciait. En effet, il n’est pas seulement bénéfique pour la digestion mais a également des effets stimulants et antiseptiques.

Besoins nutritifs et climatiques

Son origine le trahit : en tant que plante typique des régions méditerranéennes, le romarin officinal a besoin de soleil, de soleil et encore de soleil. Selon la région où vous vivez, il faudra donc lui trouver une place bien ensoleillée, dans les régions plus au nord que sa région d’origine, si possible l’après-midi. Si la luminosité lui convient, il n’en demande pas beaucoup plus. Il se contente en effet d’un sol pauvre, calcaire et surtout bien drainé. Il ne supporte pas l’humidité constante, comme beaucoup de ses parentes.

En revanche, comme souvent, il faut un peu de doigté pour l’arroser. Comme les réserves d’eau s’épuisent vite quand les plantes poussent en containers, il faudra l’arroser régulièrement et ne pas le laisser se dessécher complètement.

Le romarin officinal en hiver

Ce qui rend le romarin officinal un peu particulier, c’est qu’il a besoin de beaucoup de lumière, même en hiver. Il est assez rustique puisqu’il supporte des températures jusqu’à -10°c environ. A partir de fin décembre cependant, selon les régions, il a donc besoin de protection (envelopper le pot, le placer à l’abri du vent, le pailler avec des branches de sapin). Ou bien il faut le rentrer dans un endroit frais. Le climat sec dans un appartement chauffé ne lui convient malheureusement pas, ce qui complique un peu les choses. J’ai la chance d’avoir un jardin d’hiver non chauffé mais ce n’est pas forcément le cas pour tout le monde. Toutefois, une cage d’escalier qui dispose d’une fenêtre peut faire également l’affaire. Dans tous les cas pensez à l’hiver avant de lui choisir une place sur votre balcon. S’il est placé dans un pot tout seul ou dans un pot de petite taille, vous serez beaucoup plus flexible que s’il est placé dans un grand bac que vous ne pourrez pas déplacer à votre guise !

Enfin, n’oubliez pas de l’arroser de temps en temps, mais avec parcimonie pour ne pas faire pourrir les racines.

Entretien

Une fois la question de l’hiver réglée, vous aurez peu à faire avec votre romarin. Un peu d’engrais au début du printemps sous forme de compost bien mûr ou de corne broyée lui suffit amplement. Là aussi, évitez d’en mettre trop, moins la terre sera riche, et plus son arôme se développera.

Encore une petite coupe après la floraison et il gardera une jolie forme bien compacte.

Pour le multiplier, le plus simple est de procéder par bouturage au début de l’été. Il est possible de le semer mais son développement est très lent et assez incertain.

Récolte du romarin

Le romarin est vivace et ne perd pas ses feuilles en forme d’aiguilles l’hiver, sauf s’il est placé dans l’obscurité. Il est donc possible de récolter toute l’année en coupant quelques branches avec un ciseau ou un couteau bien aiguisé. La meilleure période pour récolter est cependant avant la floraison puisque c’est là que son goût sera le plus prononcé. Pour le conserver, le séchage est la méthode la mieux adaptée. Pour en apprendre plus sur la conservation des aromates, vous pouvez également consulter cet article.

Le romarin officinal sur le balcon

Comme beaucoup d’autres aromates, le romarin est d’abord cultivé pour des raisons culinaires avec son goût prononcé qui nous fait penser au chant des cigales… Mais ce n’est pas là son seul intérêt. Son odeur évoquera des vacances en Provence… Sa forte teneur en huiles essentielles fait également fuir bon nombre de mouches nuisibles et c’est pour ça qu’il est utile au balcon-potager.  Il est d’ailleurs lui-même peu sensible même s’il peut être attaqué parfois par les pucerons et les araignées rouges.  Si vous trouvez ses feuilles trouées par des petits coléoptères colorés, il s’agit sans-doute de la chrysomèle du romarin. Mais je n’en ai jamais eu sur mon balcon. Ouf !

Enfin, le romarin qui fleurit environ de mars à mai est mellifère et ses petites fleurs bleues, roses ou blanches sont appréciées des insectes pollénisateurs en tous genres.

Voisinage

En raison du traitement particulier dont il a besoin en hiver (voir plus haut), il vaut mieux le placer dans un pot qui restera mobile, seul ou avec d’autres aromates méditerranéens comme la lavande, le thym, ou l’hysope. J’ai placé le mien dans une jardinière suspendue à la rambarde de mon balcon avec de l’origan et du thym. Comme ça, ils ont tous trois leur dose de soleil et je peux les rentrer en hiver sans problème.

Recommandation : absolument (ou presque)

Le romarin officinal est à la fois un aromate très facile à utiliser en cuisine (il va avec toutes les viandes, poissons et légumes grillés), en plus il est facile d’entretien. Comme il supporte (ou plutôt aime) la chaleur, il s’adapte très bien au climat de la plupart des balcons. Seuls les balcons très ombragés ne lui conviendront pas car il aime le soleil. Avec un peu de soleil, fermez les yeux et respirez son arôme, il vous fera penser à la Provence…

Avez-vous vous aussi planté du romarin sur votre balcon? N’hésitez pas à partager vos impressions dans les commentaires ci-dessous.

Partager:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    4
    Partages
  • 4
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.