Beaucoup de balcon-jardiniers sont à la recherche d’un peu de nature au pied de leur porte. En introduisant de la verdure sur votre balcon ou votre terrasse, vous inviterez par la même occasion d’autres hôtes plus ou moins désirables près de chez vous. La plupart du temps, il s’agira d’insectes. Certains seront plutôt classifiés de nuisibles car ils nuiront à la santé et au développement de vos plantes (voyez également cet article à ce sujet). Ceux-là viennent en général tout seuls… Mais d’autres sont des insectes dits « auxiliaires » qui contribueront à l’apparition de fruits, à la reproduction de vos plantes ou à la lutte contre les nuisibles.

Souvent, nous autres citadins n’avons pas une relation très « zen » avec les insectes et il est donc tant de faire le point sur ce sujet. Les abeilles par exemple ont fait l’objet ces dernières années de beaucoup de publicité médiatique et leur importance pour la nature est bien connue. Mais il existe bien d’autres insectes utiles au balcon-jardin avec lesquels il vaut la peine de faire connaissance.

Les classiques abeilles et bourdons

Parmi les insectes auxiliaires, ce sont bien sûr les plus connus et les plus populaires. L’espèce la plus répandue en Europe est l’abeille à miel européenne ou Apis Mellifera. Mais il en existe de nombreuses autres, en tout plus de 2000 en Europe. Notre Apis Mellifera vit dans une ruche pouvant contenir de 500 à 60.000 individus ainsi qu’une reine, une seule. Cette dernière pond des œufs pendant que les ouvrières s’occupent des larves, entretiennent la ruche et transforment le nectar en miel.

Parmi les autres espèces d’abeilles, beaucoup sont sauvages et ne produisent pas de miel et beaucoup sont également solitaires. Elles sont souvent spécialisées et ne se nourrissent que du pollen et du nectar de certaines fleurs.

Les bourdons forment un groupe distinct dans la famille des abeilles. Plus gros et plus robustes que leurs cousines, ils sont actifs à des températures plus basses et donc plus longtemps dans l’année. Le mauvais temps ne leur fait pas peur non plus. Enfin, ils disposent souvent d’une trompe plus longue que les abeilles et ont ainsi accès au nectar de certaines fleurs (comme les gueules de loup par exemple) inaccessibles pour les abeilles moins costaudes.

Rôle

Les abeilles et bourdons jouent donc un rôle important dans la pollinisation des fleurs. Ainsi contribuent-ils donc à la formation des fruits et à la reproduction des plantes.

Fleur préférées

Mis à part les abeilles sauvages, souvent spécialisées comme nous l’avons vu plus haut, abeilles et bourdons ne sont pas difficiles. Ils apprécient toutes sortes de fleurs pourvu qu’elles soient simples. Les aromates et autres fleurs fortement odorantes sont particulièrement appréciés.

Les sympathiques coccinelles

Numéro 2 au hit-parade des insectes les plus populaires, j’ai nommé la coccinelle ! La plus connue est la coccinelle à 7 points ou Coccinella Septempunctata. C’est LA coccinelle, la vraie, celle que l’on trouve dans les dessins de nos enfants. Mais ce n’est pas la seule, puisqu’il en existe environ 250 espèces « indigènes » en Europe. Au-delà de la coccinelle en costume rouge à points noirs, il en existe des jaunes, des marrons et des noires.

Toutes les coccinelles, jeunes et moins jeunes (c’est-à-dire à l’état de larve ou adultes) sont particulièrement friandes de pucerons et autres acariens. Une coccinelle peut ingérer 150 pucerons par jour. En plus du pollen et du nectar, la cochenille fait également partie du régime de la coccinelle adulte.

A cet endroit, ouvrons une petite parenthèse sur la coccinelle asiatique. Cette dernière a été introduite en Europe pour la lutte biologique contre les nuisibles. En effet, elle a la particularité d’être très gourmande et de se reproduire très rapidement. Ces qualités se transforment malheureusement peu à peu en défaut, car elle a désormais tendance à se retourner contre notre bonne vieille coccinelle. Elle est souvent dotée de points plus nombreux que la coccinelle à sept points et affichent également différentes couleurs. Ainsi, il n’est pas facile de la distinguer de sa cousine. Un indice tout de même : ses points sont souvent « mal dessinés » et leurs contours moins nets que ceux des coccinelles “locales”.

Rôle

La coccinelle est l’arme absolue contre les pucerons. Elle est donc l’insecte auxiliaire par excellence pour la lutte biologique contre ces mêmes pucerons.

Fleurs préférées

Pour attirer la coccinelle sur votre balcon, misez sur le souci, la menthe, la coriandre, le pissenlit (eh oui !), l’aneth, les cosmos, les achillées et les bleuets.

Les discrets syrphes

Moins connus, que les abeilles et les coccinelles, les syrphes font néanmoins partie des insectes auxiliaires les plus utiles au balcon-jardin. Vous connaissez sans-doute ces petites « mouches » de taille moyenne (jusqu’à 25mm) prenant des allures de guêpes miniatures. Comme ces dernières, elles sont souvent rayées de noir et jaune pour tromper l’ennemi. Elles ne possèdent cependant pas la taille de guêpe justement, typique de ces insectes mal-aimés (et non moins utiles d’ailleurs).

Il en existe près de 500 espèces en Europe. Leur signe distinctif : ils sont capables de grandes prouesses aériennes et font souvent du surplace dans les airs. Nul besoin de s’effrayer, ils sont inoffensifs et ne possèdent pas de dard. Au contraire, réjouissez-vous donc sans crainte si les syrphes viennent rendre visite à vos pots et jardinières.

Le syrphe adulte se nourrit de pollen et de nectar. Mais la larve de syrphe vous rendra également de grands services. En effet, les larves se nourrissent comme les coccinelles de pucerons et d’acariens.

Rôle

Tout comme les abeilles, les syrphes sont de grands pollinisateurs. Mais leur rôle dans la lutte biologique contre les pucerons et acariens n’est pas à négliger non plus.

Fleurs préférées

La lavande, la bourrache, le cosmos, le souci et plus généralement les apiacées (carottes, aneth, persil…) et les astéracées (asters, œillets d’Inde, camomille, bellis, tournesol, souci…) toutes faciles à butiner.

Les belles chrysopes

Les chrysopes vertes appelées aussi demoiselle aux yeux d’or sont des hôtes plus rares au balcon-jardin. Ces petits insectes (de 10-15mm) verts possèdent de longues ailes aux nervures visibles faisant penser à de la dentelle. Ceci est leur signe de reconnaissance. Il en existe environ 35 espèces en Europe.

Les chrysopes adultes et leurs larves ont un régime alimentaire varié et elles ne sont pas particulièrement difficiles. Dans leur enfance, à l’état de larve, les chrysopes se nourrissent essentiellement de pucerons, cochenilles, aleurodes et acariens, bref de tout ce qui donne des sueurs froides aux balcon-jardiniers. Arrivé à l’âge adulte, elles se délectent de pollen, de nectar et de miellat et contribuent ainsi à la pollinisation des fleurs.

Rôle

Les chrysopes sont elles-aussi des auxiliaires polyvalents. Elles participent d’une part à la lutte biologique (larves) contre toutes sortes de nuisibles. D’autre part, les chrysopes adultes jouent un rôle pollinisateur.

Fleurs préférées

La bourrache, les capucines et les apiacées en général (comme la carotte, l’aneth et le persil, à laisser fleurir).

Les horribles guêpes parasitoïdes

Avec les guêpes parasitoïdes nous arrivons au chapitre de l’horreur. En effet, le mode de vie de ces insectes appartenant à la famille des guêpes et des abeilles nous fait trembler rien que d’y penser… Pourtant, ces petites guêpes donc, parfois minuscules, à la taille de guêpe justement très prononcée, sont absolument inoffensives pour l’homme.

Ces petits insectes auxiliaires souvent de couleur noire ou marron, ont la particularité de pondre leurs œufs dans de nombreux insectes nuisibles. Ce que l’on prend souvent pour un dard, est en fait une canule leur permettant de déposer leurs œufs de façon très précise. Les larves se développent en se nourrissant de l’insecte ainsi parasité. Ce dernier est maintenu en vie jusqu’à l’éclosion de la guêpe adulte. Par la suite, elle se nourrit de pollen et de nectar comme de nombreux autres insectes.

C’est justement ce mode de vie qui fait penser à un film d’horreur dont peut tirer parti le balcon-jardinier. On trouve désormais de nombreuses espèces de guêpes parasitoïdes à acheter à l’état de larve dans le commerce pour lutter contre les pucerons ou les aleurodes par exemple. Chaque espèce est d’ailleurs spécialisée sur un type de nuisible. Elles sont en général actives quand les températures se trouvent entre 15 et 30°c et sont particulièrement efficaces dans des endroits un peu fermés (comme le sont beaucoup de balcons par exemple). Une fois le travail fait, elles s’en vont ou disparaissent simplement sans se reproduire.

Rôle

Les guêpes parasitoïdes sont surtout utilisées en tant qu’auxiliaires dans la lutte biologique contre les nuisibles.

Fleurs préférées

Dans la nature, elles sont particulièrement attirées par les apiacées (persil, aneth, livèche, cerfeuil anisé…).

Balcon-jardiniers, n’ayez pas peur d’attirer les insectes sur votre balcon. Au-delà des sympathiques abeilles bien connues de tous, il en existe bien d’autres. Les 5 espèces d’insectes auxiliaires présentées ici ne sont que les plus répandues. Beaucoup sont utiles au balcon-jardin et contribueront à des récoltes abondantes et à des plantes en bonne santé.

Il est rare cependant de tous les rencontrer sur un balcon urbain. Pour ma part, je trouve surtout les syrphes et les bourdons. Et vous, quels insectes avez-vous la chance de rencontrer sur votre balcon ? N’hésitez pas à le partager dans les commentaires ci-dessous.

Partager:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.