La fin du printemps phénologique marque aussi la fin des préparatifs au balcon-jardin. La plupart des semis sont terminés. Les plants ont été repiqués et ont pris place à leur emplacement définitif. Les fleurs d’été elles-aussi se sont installées. Au début de l’été, les balcon-jardiniers peuvent commencer à se reposer. C’est le moment de profiter du travail effectué à la saison précédente. Voici donc comme promis, à point pour le début de la nouvelle saison, la suite de cette série d’articles sur la phénologie.

Un petit rappel pour tous ceux qui n’ont pas suivi les épisodes précédents. La phénologie est une science ayant pour objet les phénomènes naturels et leur répétition dans le temps. L’observation de certaines plantes dites “indicatrices” permet de déterminer le début et la fin des saisons phénologiques. En utilisant le calendrier phénologique à la place d’un calendrier « fixe », vous saurez toujours quand la saison en question commencera dans VOTRE région et dans VOTRE ville.

En phénologie, on ne parle pas de l’été mais bien “des” étés car celui-ci est divisé en trois saisons différentes. Ainsi on parle du début de l’été, du plein été, et devinez quoi, de la fin de l’été. Dans la suite de cet article, nous allons voir saison après saison quelles activités sont recommandées au balcon-jardin.

Le début de l’été (fin mai-début juin)

Cette saison est marquée par la floraison du sureau et de la pivoine. Sur mon balcon-jardin, c’est le moment de déguster les premières fraises bien rouges mûries au soleil. Comme je l’ai déjà évoqué plus haut, le plus dur est fait au balcon-jardin ! Cependant, si vous n’avez pas encore commencé à jardiner, pas de panique, tout n’est pas perdu. Pour savoir ce que vous pouvez encore entreprendre au début de l’été, consultez cet article !

Les Saint de Glace tant redoutés sont passés. Désormais les températures ambiantes sont assez clémentes dans la plupart des régions pour sortir les plantes les plus frileuses. D’ailleurs, si vous suivez le calendrier phénologique justement, vous n’avez peut-être pas attendu aussi longtemps pour sortir vos pieds de tomates, poivrons et autres pélargoniums. Sur les balcons urbains et dans les zones méridionales, le début de l’été peut avoir commencé plus tôt. Dans tous les cas, cette saison marque la fin des risques de gelées tardives.

C’est aussi le moment d’effectuer les derniers semis d’été : les haricots nains ou grimpants (comme le haricot d’Espagne, très décoratif), quelques aromates comme le basilic ou le persil et la courgette (mais seulement si vous avez beaucoup de place).

Si vous êtes prévoyants, vous pouvez également semer les fleurs bisannuelles. Les myosotis, les violettes cornues ou les œillets fleuriront l’année prochaine.

Enfin, avec le début de l’été, c’est la saison des arrosages copieux qui commence. Les températures montent et l’évaporation augmente. Les jeunes plants fraichement repiqués ont besoin d’eau pour bien s’installer, surtout s’ils commencent à former des fruits.

Ah oui, et ne faites pas la même erreur que j’ai souvent faites à mes débuts il y a quelques années : n’oubliez pas de récolter. Les salades, les radis, les épinards, les petits pois ainsi que de nombreux aromates ne sont pas là que pour être admirés !

Le plein été (juin-juillet)

Les plantes indicatrices du plein été sont le tilleul et les hortensias qui fleurissent à leur tour. Au balcon-jardin, les travaux d’entretien dominent. Arrosez plus fréquemment si besoin est (pensez au paillage !) et surveillez l’apparition éventuelle d’araignées rouges, d’aleurodes ou de maladies cryptogamiques. Sur mon balcon-jardin, en général, les pucerons disparaissent à cette époque. A croire qu’ils n’aiment pas la chaleur…

Si vous observez que vos plantes ne se développent plus, s’essoufflent pour ainsi dire ou que le feuillage devient vert clair, apportez leur un peu d’engrais. Les réserves contenues dans vos pots et bacs commencent à s’épuiser.

Pour obtenir de beaux fruits, éclaircissez les pieds de tomate (en les limitant à environ 5 bouquets de fleurs par pied, oui je sais, c’est douloureux). Pensez également à nettoyer vos plantes ornementales c’est-à-dire à couper les fleurs fanées pour les encourager à en produire de nouvelles. Et réjouissez-vous : aux récoltes précédentes viennent s’ajouter les premières tomates, poivrons et piments ainsi que les carottes, betteraves et haricots.

Si enfin vos projets de vacances le permettent, vous pouvez faire des boutures de vos aromates méditerranéens et commencer les semis d’automne (épinards, ciboule, salades asiatiques, mâche, cresson alénois) en prenant soin de choisir des variétés adaptées à cette saison.

La fin de l’été (août)

Les observations typiques du début de la nouvelle saison phénologique sont les premières pommes, prunes et pêches ainsi que les mures, les fruits rouges du sorbier et la floraison des dahlias.

Si vous ne l’avez pas encore fait à la saison précédente, bouturez vos aromates méditerranéens. Vous pouvez également multiplier vos fraises si elles font des « stolons ». Au retour de vacances, il est temps de faire des semis pour l’automne (voir la saison précédente). Ils demanderont à nouveau des soins et arrosages très réguliers. C’est aussi le moment d’installer les fleurs à bulbes d’automne (comme les crocus et les colchiques, attention avec les enfants et les animaux, ces dernières sont très toxiques !) pour de jolies compositions automnales.

Coupez les nouvelles fleurs de tomates pour permettre aux fruits restant d’arriver à maturité. Cessez les apports d’engrais pour toutes les plantes vivaces. Pour se préparer au repos, elles doivent terminer leur croissance en douceur.

Et pour finir en beauté, récoltez vos fruits et légumes fruits, haricots, carottes, betterave et pommes de terre si vous vous êtes lancés dans cet aventure.

Après la chaleur torride de l’été et la joie des récoltes (peut-être modestes au début, mais toujours réjouissantes !), c’est désormais l’automne qui va prendre le relais. Avant d’entrer dans cette période où la nature va retourner au calme, n’oubliez pas de noter vos expériences, succès et insuccès. Ces informations vous seront précieuses l’année prochaine.

Et vous, utilisez-vous le calendrier phénologique pour planifier vos travaux au balcon-jardin ? Nous sommes curieux, partagez vos expériences dans les commentaires.

Partager:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.