Dans cet article, j’ai déjà introduit le calendrier phénologique et ses avantages pour le balcon-jardinier. Le principe : en observant l’évolution de plantes dites indicatrices et le comportement de certains animaux et insectes, vous trouverez de façon plus précise le bon moment pour effectuer vos travaux de jardinage.

En effet, la plupart des informations que vous pouvez trouver ressemble à ceci : “Que faire en mars, avril ou mai… au jardin ?” C’est déjà bien utile, mais cela ne prend ni en compte la région où vous vous trouvez, ni les conditions climatiques particulières qui vous entourent. Si vous êtes jardinier urbain par exemple, vous aurez souvent un peu d’avance sur les autres, car les gelées tardives sont plus rares.

Par ailleurs, la liste des travaux concoctées ci-dessous est adaptée aux plantes qu’on trouve typiquement sur les balcons et terrasses. Vous ne trouverez donc pas d’indication sur les soins du gazon par exemple. Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive et j’essaierai de la compléter au fur et à mesure. On trouve en effet de plus en plus de plantes à faire pousser sur les balcons-jardins.

Enfin, les précautions d’usage sont de rigueur : cette liste, bien que plus sûre que celles basées sur le calendrier mensuel (les mois indiqués à chaque saison servent simplement d’orientation) ne peut être qu’indicative. Le changement climatique se fait sentir dans ce domaine également et les signes phénologiques sont parfois un peu déréglés. Je recommande donc d’une part de rester vigilant et de jeter un œil sur les prévisions météos (surtout au printemps). D’autre part, en cas de doute, attendez de voir si plusieurs signes caractéristiques concordent et se confirment les uns les autres.

Que faire donc aux différentes saisons, c’est ce que nous allons voir par la suite, en commençant par le printemps.

L’annonce du printemps (février-mars)

Avec l’annonce du printemps, c’est le temps des préparatifs qui commence. Si les doigts verts commencent à vous démanger, vous pouvez déjà effectuer ces travaux qui vous feront prendre de l’avance à la prochaine saison, où souvent les évènements se précipitent.

  • nettoyez vos pots et contenants si vous ne l’avez pas fait en hiver. Ce n’est pas seulement plus “soigné”, cela évite le développement de maladies.
  • nettoyez vos plantes en les débarrassant des feuilles et fleurs fanées.
  • rafraichissez le terreau que vous souhaitez utiliser à nouveau en enlevant les restes de racines et en l’émiettant. Ajoutez un peu de compost ou de corne broyée et éventuellement de la fibre de coco pour en améliorer la texture (avec modération, c’est un produit exotique !)
  • taillez les aromates vivaces (thym, romarin, sauge…)
  • Profitez de cette période encore calme pour planifier vos cultures (sans exagérez, restez spontané !) et faire le tri dans vos paquets de graines.
  • Le tout début du printemps est aussi le bon moment pour tailler vos arbres fruitiers nains. A ce moment, il est facile de distinguer les bourgeons « feuilles » des bourgeons « fruits ».
  • Enfin, si vous ne pouvez vraiment plus attendre, vous pouvez commencer quelques semis au chaud en choisissant d’abord les plantes au développement lent comme les poivrons et piments, le thym et le romarin. Puis, plus tard, si vous avez assez de place, semez du basilic et des tomates. Pour ces derniers cependant, pas de panique ! Vous pouvez encore attendre un peu, ils lèveront plus vite.
  • A l’extérieur, vous pouvez également semer le persil, le cerfeuil, le radis er les salades. S’il fait chaud de bonne heure sur votre balcon, c’est le bon moment, ils préfèrent la fraicheur et se développent très mal à la chaleur.
  • Côté ornemental, vous pouvez semer en plein air l’ancolie, le bleuet ou pour une floraison précoce le souci. Notez que sauf exception, tous les semis peuvent attendre la prochaine saison phénologique.
  • En général, surveillez votre thermomètre et protégez vos plantes du froid si nécessaire. C’est aussi le moment de reprendre des arrosages plus réguliers.

Le premier printemps (avril)

Avec le premier printemps, c’est vraiment le lancement de la nouvelle saison de jardinage. Si vous avez pris de l’avance et effectué tous les préparatifs décrits ci-dessus, vous pouvez à présent démarrer sur les chapeaux de roue. En principe, la plupart des travaux présentés pour l’annonce du printemps, sont encore possibles au premier printemps.

  • C’est désormais le meilleur moment pour les tomates et le basilic (au chaud). C’est aussi le tour de nombreux aromates (mélisse, origan, aneth, coriandre, bourrache…) ainsi que des petits pois, des carottes et de la betterave qui peuvent désormais être semés « en pleine terre », c’est-à-dire directement sur le balcon en ce qui nous concerne.
  • A l’approche du printemps (le vrai), il est peut-être déjà temps de repiquer vos semis de poivrons, piments et tomates (2 à 3 semaines après qu’ils aient levé). Peut-être pouvez-vous déjà même récolter les premiers radis et les premières feuilles de salade et d’épinard.
  • Du côté ornemental, les œillets d’Inde viennent s’ajouter aux fleurs évoquées plus haut. Les asters, gueules de loup et zinnias, un peu frileux ont encore besoin d’un peu de chaleur et préfèrent à cette époque le confort des semis au chaud. Si vous attendez la prochaine saison, vous pourrez les semer directement.
  • Enfin, pensez toujours à surveiller les températures nocturnes et à arroser régulièrement (surtout les semis, qui doivent rester humides).

Le printemps (mai)

Il y quelques années encore, le printemps, le vrai était associé au joli mois de mai. C’est là et seulement là que l’hiver et ses gelées tardives prenaient définitivement congé. Traditionnellement, on attendait toujours les Saints de Glace (11 au 15 mai) pour sortir les plantes les plus fragiles et ranger les voiles d’hivernage et autres protections. A présent, les saisons sont parfois un peu déréglées. Ainsi, une observation plus précise des phénomènes phénologiques est devenu nécessaire. Par ailleurs, en zone urbaine, les risques de gelées à cette époque sont souvent faibles. Là les Saints de Glace font plutôt penser aux premières crèmes glacées…  Si la météo et les signes le permettent, inutile donc d’attendre la fin des Saints de Glace pour effectuer ces travaux, tout en gardant bien sûr un œil sur les prévisions.

  • Désormais les plants levés au chaud, qu’ils soient potagers ou ornementaux, peuvent être habitués aux températures extérieures. Sortez-les en journée, en les protégeant du soleil. Après quelques jours, vous pourrez les laisser dehors la nuit (s’il ne gèle pas, bien entendu) et au soleil (n’oubliez pas d’arroser).
  • Si vos tomates, poivrons et piments sont déjà en fleur, étêtez-les pour les premières et ôtez la première fleur pour les seconds. Ainsi, ils produiront plus de fleurs (et plus tard de fruits).
  • Si vous avez opté pour les fraises, les reines des balcons potagers, coupez également la première fleur. Paillez-les pour protéger les fruits qui arriveront bientôt.
  • Si vous n’avez pas la chance d’avoir des insectes sur votre balcon (ce qui arrive parfois si vous êtes à un étage élevé, ou si votre balcon est trop « fermé », comme le mien), prenez un pinceau doux. Puis allez jouer aux petites abeilles en le passant sur vos fleurs de tomates, poivrons et fraises pour les polliniser.
  • En plus des plantes mentionnées au premier printemps, vous pouvez désormais semer en plein air les haricots. Il est également temps d’installer les fleurs à bulbes d’été.
  • Rempotez et sortez les pélargoniums.
  • Surveillez l’apparition des pucerons. Commencez les traitements préventifs à la prêle (contre les maladies cryptogamiques) pour renforcer vos plantes. Fixez celles qui ont des grandes tiges (tomates, poivrons…) aux tuteurs que vous aurez installés à la plantation.

Avec la fin du printemps, c’est la « rush hour » du jardinage qui se termine. Ouf, vous avez bien travaillé. Vous aurez encore bien assez de travail dans les mois qui suivront, mais les bases sont en place. A présent, c’est la phase de croissance et d’entretien qui commence. Mais c’est une autre histoire, à suivre au prochain épisode.

Si cet article vous a été utile, n’hésitez pas à le partager. S’il vous manque quelque chose ou si vous désirez compléter les informations ci-dessus, vos commentaires seront les bienvenus.

Partager:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gr​​​​​atuitement le guide "Je jardine sur mon balcon"